Translate

martes, 8 de diciembre de 2015

source:http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/


lundi 7 décembre 2015

11 Septembre : ces 28 pages qui menacent l'axe Washington-Riyad


Un document classifié prouve le rôle financier des Saoudiens dans les attentats du World Trade Center, assure l'ex-sénateur Bob Graham.

Dans les sous-sols du bâtiment du Capitole, tout près de l'entrée où des flots de touristes se présentent pour la visite du Congrès, il existe une pièce sécurisée où le Comité pour le renseignement de la Chambre des représentants conserve des documents secrets hautement classifiés. L'un d'eux, long de 28 pages, et intitulé «Éléments, discussion et récit concernant certains sujets sensibles de sécurité nationale», a fait couler beaucoup d'encre depuis treize ans.

Ce texte, qui pose la question du rôle de l'Arabie saoudite dans l'organisation des attentats du World Trade Center, faisait partie du fameux rapport sur le 11 septembre 2001, supervisé par le Comité du renseignement du Sénat, et son ancien président Bob Graham. Mais au moment de sa publication en 2002, ce sénateur démocrate de Floride, qui a depuis quitté le Congrès, a découvert avec stupéfaction que les 28 pages avaient été supprimées et classifiées à la demande de l'Administration Bush. 

«Raisons de sécurité nationale», avait expliqué à l'époque l'équipe de George W. Depuis toutes ces années, c'est ce même argument qui a empêché la déclassification du texte, malgré les efforts de Graham, l'un des rares à avoir lu le document, même s'il peut être accessible aux élus qui en font la demande.

«C'est notre refus de regarder en face la vérité qui a créé la nouvelle vague d'extrémisme qui a frappé Paris.»

L'ancien sénateur Bob Graham

«Ce rapport montre la participation directe du gouvernement saoudien dans le financement du 11 Septembre», déclare l'ancien sénateur au Figaro. «Nous savons au moins que plusieurs des 19 kamikazes ont reçu le soutien financier de plusieurs entités saoudiennes, y compris du gouvernement. Le fait de savoir si les autres ont été soutenus aussi par l'Arabie saoudite n'est pas clair, car cette information a été cachée au peuple américain», ajoute Graham. «On nous dit que cela ne peut être fait pour des raisons de sécurité nationale, mais c'est exactement le contraire», poursuit-il.

«Publier est important précisément pour notre sécurité nationale. Les Saoudiens savent ce qu'ils ont fait, ils savent que nous savons. La vraie question est la manière dont ils interprètent notre réponse. Pour moi, nous avons montré que quoi qu'ils fassent, il y aurait impunité. Ils ont donc continué à soutenir al-Qaida, puis plus récemment dans l'appui économique et idéologique à l'État islamique. 

C'est notre refus de regarder en face la vérité qui a créé la nouvelle vague d'extrémisme qui a frappé Paris», martèle l'ancien sénateur. Un autre élu qui a lu le document a confié au New Yorker que «les preuves du soutien du gouvernement saoudien pour les événements du 11 Septembre étaient très dérangeantes» et que la «vraie question est de savoir si cela a été approuvé au niveau de la famille royale ou en dessous».

En 2002, Graham était bien seul dans son combat pour «la vérité». Mais à la mi-janvier, il a tenu une conférence de presse au Sénat sur ce thème en compagnie de deux représentants, le républicain Walter Jones et le démocrate Stephen Lynch, qui ont présenté une résolution HR 428 appelant à la déclassification. «Le soutien grandit mais atteindra-t-il le seuil qui permettra au Congrès de faire pression sur l'Administration Obama? Ce n'est pas clair», note l'ancien élu. Jones et Lynch ont écrit au président pour lui demander d'agir. Selon l'un des membres de l'organisation des familles victimes du 11 Septembre, Terence Schiavo, Obama aurait promis de déclassifier un jour.

«Nous affirmons que des organismes de bienfaisance établis par le gouvernement du Royaume pour propager l'idéologie radicale wahhabite ont servi de sources majeures de financement et de soutien logistique à al-Qaida, pendant toute la décennie qui a mené au 11 Septembre.»

Sean Carter, un des avocats des victimes du 11 Septembre

Les familles de victimes sont en première ligne dans ce combat. Si leurs avocats pouvaient prouver la participation de l'État saoudien aux attentats, Riyad serait forcé de leur verser des compensations. «Nous affirmons que des organismes de bienfaisance établis par le gouvernement du Royaume pour propager l'idéologie radicale wahhabite ont servi de sources majeures de financement et de soutien logistique à al-Qaida, pendant toute la décennie qui a mené au 11 Septembre», a confié l'un des avocats des familles, Sean Carter, au New Yorker. Selon l'hebdomadaire, deux des kamikazes auraient notamment été financés et hébergés à San Diego par un personnage en contact permanent avec la section du ministère des Affaires islamiques basée à Los Angeles. L'Arabie saoudite nie toutefois toute responsabilité et a appelé à la déclassification des 28 pages afin de laver sa réputation.

Bob Graham pense que derrière ces appels, le Royaume fait pression sur Washington pour que le rapport reste confidentiel. Mais certaines des personnes qui ont travaillé sur le document apportent de l'eau au moulin des Saoudiens, en soulignant que le texte n'établit pas de manière irrévocable la participation des autorités saoudiennes. C'est notamment le cas de Philip Zelikow, directeur de la commission du 11 Septembre, qui qualifie les 28 pages «d'accumulation de rapports préliminaires non confirmés». «Je ne suis pas d'accord. Si ce rapport est superficiel et peu convaincant, pourquoi en avoir empêché la publication depuis treize ans?» réagit Graham.

Le fait que Barack Obama ait écourté sa visite en Inde la semaine dernière, pour aller saluer le nouveau roi d'Arabie en compagnie de 30 hautes responsables politiques - alors qu'aucun n'avait pris la peine de se rendre à la marche de Paris après les attaques terroristes - en dit long sur les priorités de Washington.

Pour lui, «la réponse est évidente concernant les Bush, qui sont très proches des Saoudiens» qui craignaient pour leur réputation. La raison pour laquelle Obama suit la même voie semble surtout venir des énormes implications géopolitiques que pourraient avoir de telles révélations sur une relation américano-saoudienne, toujours considérée comme vitale. Le fait que le président ait écourté sa visite en Inde la semaine dernière, pour aller saluer le nouveau roi d'Arabie en compagnie de 30 hautes responsables politiques - alors qu'aucun n'avait pris la peine de se rendre à la marche de Paris après les attaques terroristes - en dit long sur les priorités de Washington.


Avec les mouvements de plaques tectoniques qui secouent le Moyen Orient - l'opposition chiites-sunnites, la question du nucléaire iranien, la guerre d'Irak et de Syrie et la déstabilisation du Yémen -, «Obama ne veut pas introduire un nouveau facteur d'instabilité», dit Graham. Même si son jeu avec l'Iran semble indiquer une volonté de se distancer de l'Arabie, le choix est clairement de maintenir plusieurs fers au feu. Faute de mieux.

No hay comentarios: