Translate

viernes, 18 de septiembre de 2015

source:http://www.france24.com/fr/20150918-chili-puissant-seisme-bilan-michelle-bachelet-evacuation-tsunami-coquimbo


Puissant séisme au Chili : le bilan s'alourdit

© Martin Bernetti, AFP | Un bateau du port de Coquimbo a été porté sur terre par une vague du tsunami qui a suivi le séisme au Chili, jeudi 17 septembre 2015.
Texte par FRANCE 24 
Dernière modification : 18/09/2015

Le bilan du séisme qui a frappé le Chili a été porté jeudi soir à 12 morts et cinq disparus, tandis que plus de 500 maisons ont été endommagées. Les vagues qui ont suivi le séisme ont atteint le centre de plusieurs villes.

Le Chili est sous le choc, après le puissant séisme qui a déclenché l'évacuation d'un million de personnes dans la nuit de mercredi à jeudi. Le bilan révisé s'élevait jeudi soir à douze morts et cinq disparus, a annoncé à la presse le ministre de l'Intérieur Jorge Burgos.
Ce tremblement de terre a frappé le centre du pays, non loin des côtes. Un raz-de-marée avec des vagues de presque cinq mètres s'est abattu sur le littoral du Pacifique. Selon le Bureau national des situations d'urgence (Onemi), plus de 500 maisons ont été endommagées.
La présidente chilienne Michelle Bachelet s'est rendue jeudi dans le port de pêche de Coquimbo, envahi par la mer après le séisme. Elle a insisté sur le faible nombre de morts face à l'ampleur du séisme, qui est, avec une magnitude de 8,3, le plus fort à l'échelle mondiale pour 2015. "Nous savons qu'il y a de grandes difficultés, mais nous voulons saluer l'énorme coopération de la population, qui a permis que, face à un séisme d'une telle magnitude, nous ayons malheureusement des victimes mais pas tant que ça", a déclaré la présidente après avoir rencontré des pêcheurs sinistrés.
Sur la côte, de grandes vagues ont atteint le centre de plusieurs villes, dans la région de Coquimbo et dans celle de Valparaiso, à 120 kilomètres à l'ouest de la capitale. "La ville est détruite, cela a été terrible", a raconté un habitant de Tongoy, commune côtière envahie par la mer, sur la chaîne TVN.
"Une nuit de cauchemar"
Parmi les décombres d'un mur effondré à Illapel, une ville proche de l'épicentre, Ana Cortes, 35 ans, témoignait de la peur qu'elle a ressentie pendant le tremblement de terre : "Cela a été le moment le plus épouvantable, la chose la plus horrible à vivre, tout bougeait, sans s'arrêter".
"Nous avons vécu une nuit de cauchemar, il y a eu beaucoup de mouvement, pendant longtemps, trop longtemps, puis ça a continué avec les répliques", racontait Maria Ramirez en balayant devant sa maison, en face d'un cimetière dévasté par la catastrophe.
Les écoles sont fermées dans les communes côtières du centre-nord et près de 160 000 familles restaient privées d'électricité, tandis que des dizaines de répliques, dont certaines très fortes, ont été enregistrées jeudi.
De l'autre côté du Pacifique, la Polynésie française a été placée en "vigilance" dans l'archipel des Marquises, qui pourraient être affectées par des vagues légèrement supérieures à un mètre, selon le laboratoire de géophysique basé à Tahiti. Dans l'hémisphère nord, un tsunami de 80 centimètres a été enregistré sur la côte est du Japon, plus de 24 heures après le séisme.
Avec AFP
Première publication : 18/09/2015

No hay comentarios: