Translate

martes, 27 de septiembre de 2016

source:http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/

SAUMUR - Les terroristes de Daesh étaient en fait des militaires


Mercredi 21 septembre 2016, dans l’après-midi, des employés d’une entreprise d’insertion spécialisée dans le fauchage sont intervenus, à la demande d’une entreprise de vin de Saumur, pour nettoyer les abords d’un refuge troglodyte abandonné, non loin de l’église Saint-Florent, à la sortie de Saumur.
Alors qu’il s’approchait des lieux, l’un des salariés a vu trois hommes monter dans une fourgonnette blanche et partir rapidement. En s’approchant du local troglodyte, sa surprise a été grande puisqu’il a découvert du matériel vidéo, un groupe électrogène ainsi que… des journaux arabophones et des drapeaux de Daesh !


Pensant avoir découvert une planque utilisée par des terroristes en train de préparer des attentats, le salarié a immédiatement prévenu la police qui, à son tour, a alerté les services de l’État et les forces anti-terroristes.

La police nationale, la police municipale et la gendarmerie se sont rapidement rendues sur place, suivies par  le sous-préfet de Saumur, le procureur de la République, l’identité judiciaire, la direction départementale de la sécurité publique, la police scientifique…

Les riverains se sont évidemment inquiétés de ce déploiement de forces, et la presse locale, essentiellement le  Courrier de l’ouest, a été rapidement sur le coup.

Après deux heures d’investigation, le sous-préfet de Saumur a fini par donner l’information selon laquelle cela n’aurait été qu’une fausse alerte : il ne s’agissait, paraît-il, que du « Centre interarmées de la défense nucléaire, radiologique, biologique et chimique » qui réalisait un « exercice de formation ».

Telle est du moins la version officielle qui a été servie à la presse, qui suivait l’affaire avec l’attention que l’on imagine.

Très curieusement, la presse s’est contentée de cette explication.
Très curieusement aussi, tous les grands médias nationaux sont restés totalement silencieux sur cette affaire qui a mis en émoi des centaines de riverains et qui a fait intervenir tous les services concernés de la République.

À part le Courrier de l’ouest déjà cité, et quelques sites Internet très locaux comme Saumur Kiosque,  le nombre de médias nationaux qui ont parlé de cette affaire rocambolesque s’est en effet limité à… deux !
  • Le Figaro, qui a consacré une « brève« 
  • BFM -TV, qui a publié un article inspiré du Courrier de l’ouest, brodant sur le thème « plus de peur que de mal », tout en regrettant que l’armée n’ait pas averti préalablement la police de cet exercice… L’affaire serait quand même « remontée jusqu’au Ministère de la Défense » selon le maire de Saumur.
screen-shot-09-23-16-at-06-51-pm

screen-shot-09-24-16-at-07-34-pm
Seuls 3 articles des grands médias nationaux apparaissent dans la recherche sur Google actualités au sujet de cette affaire. Ce mutisme quasi-complet de tous les grands médias français sur cette affaire rocambolesque, qui a soulevé une très vive émotion à Saumur, est extrêmement étrange.

Commentaires : une affaire bien étrange

Le fait que quasiment tous les grands médias français se soient abstenus de relayer l’information et se soient abstenus d’envoyer des journalistes d’investigation n’en rend toute cette affaire que plus étrange encore.

Car de deux choses l’une :

1) soit il s’agit de vrais drapeaux Daesh et d’une vraie « planque » de terroristes en puissance, et la présentation qui nous en est faite serait un mensonge destiné à ne pas affoler la population.
Le fait serait alors très grave en lui-même, et le mensonge vis-à-vis de la population serait scandaleux.

Mais cette hypothèse est peu plausible dans la mesure où le gouvernement ne se gêne pas, bien au contraire, pour affoler la population. Faut-il rappeler que le Premier ministre en personne a annoncé, le 19 juillet dernier à l’Assemblée nationale : « Même si ces mots sont durs à prononcer, c’est mon devoir de le faire : il y aura d’autres attentats et il y aura d’autres innocents tués. Nous devons, non pas nous habituer – jamais – mais apprendre à vivre avec cette menace. »

Même si le seul résultat tangible de cette déclaration ahurissante a été de faire fuir les touristes étrangers par milliers, et de plonger les professionnels du tourisme dans les difficultés financières, le fait est que le gouvernement aurait été probablement ravi de découvrir une « planque de Daesh » : cela n’aurait pu que le servir, pour montrer le bien fondé de l’état d’urgence, d’une part, et pour montrer que le gouvernement et les services de sécurité luttent efficacement contre le terrorisme, d’autre part.

2) soit il s’agit de faux drapeaux de Daesh et d’un « exercice de formation du centre interarmées de la défense nucléaire, radiologique, biologique et chimique » – comme l’assure la version officielle de l’événement telle que l’assurent les représentants de l’État.
Mais alors, deux questions troublantes surgissent à l’esprit.
  • 2.1) Pourquoi cet exercice n’a-t-il pas été conduit selon les procédures habituelles, archi-codifiées, des exercices militaires, qui consistent toujours à prévenir le ban et l’arrière-ban de toutes les administrations concernées ?
Le « Centre Interarmées de Défense Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique » a pour acronyme officiel : CIA  NRBC.

C’est l’un des 4 organismes de formation regroupés dans les « Écoles Militaires de Saumur » (EMS), et qui comptent, outre le CIA NRBC, la célèbre École de Cavalerie, le Centre d’Étude et d’Enseignement au Renseignement à l’Armée de Terre (CEERAT) et l’École d’État-Major (EEM).
Il faut ici remarquer que le CIA NRBC n’est ni un petit organisme, ni ignorant des procédures à suivre, puisque c’est au contraire un organisme de formation militaire.

Pour preuve, lors de l’exercice militaire du CIA NRBC réalisé en Lozère, du 22 au 24 mars 2016, le lieutenant-colonel Thomas Brucker a expliqué sous la forme d’une visioconférence, le 23 mars 2016, la gestion de crise à suivre devant l’ensemble des acteurs concernés. Cette visioconférence a été résumée ainsi sur le site officiel de la Délégation militaire départementale de la Lozère (DMD48) :

« Sachant que  »la réussite de la gestion d’une crise est liée aux bonnes actions déclenchées au bon moment, tout comme il est indispensable que les acteurs se connaissent et sachent travailler ensemble », cette visioconférence regroupa à la DMD48 des représentants :
– du service interministériel de défense et de protection civiles (SIDPC) de la Lozère, 
– de l’agence régionale de santé / Lozère (ARS), 
– du service d’aide médicale d’urgence (SAMU48), 
– des pompiers départementaux, 
– de la gendarmerie nationale, 
– de la police nationale
– et des réservistes de la délégation militaire départementale (DMD48).
L’ensemble de l’auditoire apprécia fortement l’intervention du LCL Brucker ».

Le Lieutenant-Colonel a donc parfaitement appliqué les procédures à cette occasion, en convoquant bien toutes les parties prenantes ayant besoin d’être informées préalablement d’un exercice militaire.Précisément tous ces intervenants qui n’ont pas été prévenus dans l’affaire de Saumur…

screen-shot-09-23-16-at-07-44-pm


2.2) en quoi un organisme officiel chargé d’enseigner les méthodes de protection et de décontamination nucléaire, radiologique, bactériologique, chimique a-t-il besoin de journaux en arabe et de faux drapeaux de Daesh pour assurer son enseignement ?

La présentation officielle qui est faite du CIA RNBC sur le site des écoles militaires de Saumur  indique que le CIA NRBC « a pour spécialité d’éliminer tous risques de contamination et, ainsi, d’assurer la sécurité physique des soldats et de la population. Il est aussi en mesure de préparer des solutions spécifiques de décontamination ».

L’exercice du 22 au 24 mars réalisé en Lozère évoqué ci-dessus était d’ailleurs parfaitement conforme à cet objet puisque, comme l’indique le site officiel de la DMD48 : « À la question « et si un incident de type NRBC (Nucléaire-Radiologique- Bactériologique-Chimique) avait lieu en Lozère ? » la réponse fut apportée par le lieutenant-colonel Thomas Brucker du CIA  NRBC de Saumur ».
Dans ces conditions, on est fondé à se demander en quoi il serait nécessaire, pour « former » des élèves aux techniques de « décontamination  nucléaire, radiologique, biologique et chimique », d’avoir comme matériel enseignant… des faux drapeaux de Daesh et des journaux en arabe !
screen-shot-09-24-16-at-02-04-am
screen-shot-09-24-16-at-01-37-am
Mais pourquoi donc le Centre Interarmées de Défense Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique (CIA NRBC) a-t-il besoin de posséder de faux drapeaux de Daesh ?!? En quoi est-ce un élément nécessaire dans le déroulement d’un exercice technique de décontamination de substances nucléaires ou chimiques ?


Conclusion : L’UPR demande une commission d’enquête parlementaire pour tirer au clair les dysfonctionnements graves révélés par l’affaire de Saumur

Alors que la défiance des Français bat des records, que ce soit vis-à-vis des partis politiques ou de l’actuel gouvernement, un nombre considérable de nos compatriotes jugent qu’on ne leur a pas dit toute la vérité sur les attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015 et à Nice le 14 juillet 2016.
Dans ce contexte très lourd, le moins que l’on puisse dire est que cette étrange affaire de Saumur tombe particulièrement mal.

Est-il nécessaire de souligner que la simple détention de faux drapeaux de Daesh est un fait choquant – et même scandaleux – de la part d’une école militaire françaised’autant plus qu’une telle détention n’a aucun rapport – c’est le moins que l’on puisse dire ! – avec l’objet officiel même du CIA NRBC.

Du coup, la détention de faux drapeaux de Daesh par une école militaire, découverte inopinément dans une cache située à proximité d’une église avec du matériel vidéo, ouvre évidemment la porte aux pires suspicions quant à la préparation d’opérations… « sous faux drapeau », c’est le cas de le dire !

La découverte de Saumur ne peut que renforcer le camp de ceux qui pensent que les attentats terroristes pourraient être des manipulations visant à terroriser la population française, à s’en prendre à des boucs-émissaires, et à maintenir la France indéfiniment sous état d’urgence.
De telles suppositions paraîtront scandaleuses à certains.

Mais c’est pourtant exactement ce genre de suppositions que l’actuel locataire de l’Élysée développait, en 2009, dans un entretien accordée à John Paul Lepers.

Dans cet entretien, le futur président de la République expliquait carrément  : « il y a une forme de dérive sécuritaire qui justifie des lois sans cesse plus répressives, au nom d’une menace qui, parfois est réelle, et parfois, on le voit bien, est virtuelle, voire même inexistante. […] Je crois qu’on a suffisamment à faire avec le terrorisme réel pour qu’on n’aille pas en inventer un qui n’existe pas, […] peut-être pour montrer une efficacité qui, sur d’autres terrains notamment économiques et sociaux, n’est pas forcément au rendez-vous. » 

screen-shot-09-24-16-at-07-55-pm
Entretien du 15 janvier 2009 de François Hollande (FH) avec John Paul Lepers (JPL).

Les Français n’ont pas tous oublié le goût de certains de nos dirigeants d’utiliser les services de renseignement dans des coups tordus, de type « Affaire du Rainbow Warrior« .

Cette Affaire du Rainbow warrior nous a prouvé que les plus hauts dirigeants peuvent prendre des décisions illégales et criminelles (avec mort d’homme) et peuvent avoir ensuite l’audace de mentir effrontément à l’opinion publique.

L’UPR estime que, instruits par l’expérience, les députés et sénateurs doivent créer en  urgence unecommission d’enquête parlementaire afin de tirer au clair les mystères de cette affaire de Saumur.

Rappelons qu’une commission d’enquête permet à une assemblée, au titre du contrôle de l’action gouvernementale, de recueillir des éléments d’information sur des faits précis concernant la gestion d’un service public et les graves dysfonctionnements constatés. Ce qui est pleinement le cas de l’affaire de Saumur.

L’UPR demande formellement la création de cette commission d’enquête parlementaire, car nous estimons que ce sera le seul moyen de comprendre pour quelles raisons précises l’une des 4 écoles militaires de Saumur possède et planque des faux drapeaux de Daesh, avec du matériel vidéo et des journaux arabophones, le tout à proximité immédiate d’une église de campagne de la France profonde.

Puisque cette affaire a éclaté au grand jour par l’arrivée inopinée d’une équipe de débroussailleurs, qui a fait fuir précipitamment trois personnes non identifiées dans une camionnette blanche, la Commission d’enquête parlementaire devra notamment élucider les points suivants :
  • Est-il habituel que des exercices militaires se tiennent dans une planque troglodyte d’apparence désaffectée ?
  • Pourquoi aucune des procédures d’information habituelles des autorités civiles et militaires compétentes n’a-t-elle été respectée ?
  • Comment peut-on justifier la fuite de ces trois personnes dans le cadre supposé d’un exercice militaire ?
  • Qui étaient ces fuyards ?
  • Qu’est-il arrivé de la suite de l’exercice militaire présumé, ainsi interrompu ? A-t-il été poursuivi, une fois les journalistes repartis ?
  • À quoi servaient précisément les faux drapeaux de Daesh et les journaux en arabe pour enseigner les méthodes de décontamination radiologiques, nucléaires et chimiques ? 
  • Quels étaient précisément ces journaux ?
  • D’où provenaient ces faux drapeaux ? Comment une école militaire officielle a-t-elle pu se les procurer ? D’autres organismes officiels d’État en ont-ils et pourquoi ?
—————-
Alors que la question de l’islam en France fait l’objet de surenchères politiques constantes, et que la survenue de nouveaux attentats attribués au terrorisme islamiste pourraient enflammer les passions, il est essentiel que la représentation parlementaire et que le peuple français puissent  s’assurer que certains services n’ont pas reçu pour mission secrète de jeter de l’huile sur le feu pour perturber la sérénité nécessaire de la prochaine élection présidentielle.


François Asselineau

24 septembre 2016

Source : https://www.upr.fr

martes, 13 de septiembre de 2016

source:http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/



lundi 12 septembre 2016


Elon Musk : « Nous n’excluons pas » que ce soit un OVNI qui a causé l’Explosion de space X !


Selon Zero Hedge :

La déclaration faite par l’entrepreneur dit qu’il ne pouvait pas exclure que les chasseurs d’OVNI avaient raisons sur le fait qu’un objet non identifié ou une arme a provoqué l’explosion .



L’excitation frénétique des chasseurs d’aliens a atteint de nouveaux sommets vendredi , lorsque l’enfant prodige innovant Elon Musk a écrit à un intervenant sur Twitter que «Nous n’excluons pas que [un OVNI a frappé la fusée space X Falcon 9] » avec des théories allant d’une attaque par des forces de défense étrangères à une attaque au laser par un vaisseau alien qui s’est propagé  rapidement à travers les médias sociaux.

La déclaration vient une semaine après que les chasseurs d’OVNI ont montré des séquences vidéo de l’explosion de SpaceX notant qu’il y avait un objet noir fonçant près de la fusée juste quelques secondes avant l’explosion, avec les téléspectateurs de YouTube répandant rapidement les théories selon laquelle l’objet volant était un oiseau ou un bug vu la vitesse relative de l’objet – plus de 1000 MPH – et son apparence , qui exclu la possibilité que ce soit un bug dans la lentille de la caméra.
L’explosion a rapidement détruit la fusée et le satellite Facebook AMOS-6  causant des dommages sans précédent au pas de tir- un incident assez inhabituel pour une explosion de  fusée. Musk a dit que l’explosion était « vraiment un feu rapide » et a été incapable de pointer des causes mécaniques spécifiques de l’échec de la fusée.



Un utilisateur de Twitter a dit que le son à 54 secondes dans une vidéo postée « sonne comme un joint métallique qui éclate sous la pression» ce sur quoi Elon Musk a dit que c’était « très probablement vrai », mais a aussi dit que «nous ne pouvons pas encore le trouver sur tous les capteurs du véhicule « montrant la possibilité d’un sabotage extérieur.

« Il est important de noter que c’est arrivé au cours d’une opération de remplissage de routine. Et il n’y avait aucune source de chaleur apparente», a déclaré Musk se demandant comment la fusée pouvait spontanément éclater en flammes. « Il faut Essayer de comprendre en particulier le bang sonore quelques secondes avant que la boule de feu se déclenche. Ça Peut provenir de la fusée ou autre chose. »
Une personne a suggéré que cela pourrait être un drone, mais a estimé que si c’était un drone , c’était un drone particulièrement rapide et circulaire qui ne correspond pas à la description de tous les appareils connus de défense existants. D’autres étaient d’avis que quelle que soit l’engin volant qui peut avoir donné lieu à l’explosion, il semble que c’ était une «attaque bien planifiée d’un concurrent. »

Bien que la spéculation continue autour de l’explosion de la fusée space X Falcon 9 avec la théorie de loin  la plus fascinante étant que des extraterrestres ont envoyé potentiellement un rayon sur la fusée, de nombreuses alternatives plus plausibles existent, y compris une fuite de carburant du propulseur, un contact métal sur métal qui a provoqué juste assez d’étincelles pour allumer la flamme initiale, ou une accumulation d’oxygène. Certains commentateurs ont même blâmés Vladimir Poutine et / ou la Chine – ce qui a peut-être moins de sens que même des extraterrestres.

La vérité est là-bas…


UN OVNI EXPLOSE SPACEX par alalumieredunouveaumonde

Par resistanceauthentique

miércoles, 31 de agosto de 2016

alalumieredunouveaumonde: "John F. Kennedy a été assassiné par l'un de ses g...

alalumieredunouveaumonde: "John F. Kennedy a été assassiné par l'un de ses g...: Dans son livre "The Oliver Stone Experience", Oliver Stone publie le témoignage troublant d'un ancien agent du gouverneme...

source:http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/

Chili : l'énergie solaire est si abondante qu'elle est gratuite !

Publié par Le Nouveau Paradigme sur 8 Juin 2016, 18:20pm
Catégories : #Soleil
Ces dernières années, le Chili a tellement investi sur les énergies renouvelables… que l’électricité est devenue gratuite ! Une situation ubuesque et inattendue qui, on s’en doute, ravit les habitants !
En quelques mois, 29 fermes solaires ont ouvert leurs portes au nord du Chili. Et, apparemment, elles sont toutes très performantes : la production excède largement la demande locale ! Résultat ? Un prix de vente qui s’écroule. Voilà 118 jours que l’électricité est même carrément gratuite au nord du pays !
woodland-energie-solaire-aspire-soleil-cancer-panneaux-une
Et ce n’est pas une première ! L’an passé, l’électricité était restée gratuite pendant192 jours (un record qui pourrait être battu par la série en cours).
Et encore, la situation n’est pas près de s’inverser. Alors que le Chili a déjà quadruplé ses capacités solaires en trois ans, 15 autres projets de centrale solaire vont bientôt voir le jour !

Maximo Pacheco est le ministre de l’énergie du Chili :Cela dit, la gratuité ne durera pas éternellement et, à la limite, tant mieux, car il ne faudrait pas que les centrales ferment faute de revenu. En fait, si les centrales produisent plus que nécessaire, c’est surtout parce que le pays manque de lignes de transmission capable d’acheminer l’électricité dans tout le pays.
« Le Chili dispose d’au moins de sept ou huit points dans les lignes de transmissions qui ne sont plus fiables ou qui sont bloqués, c’est un énorme défi qui nous attend pour dépasser ces contraintes. Lorsque vous embarquez sur le chemin d’une croissance et d’un développement comme celui que nous avons connu, vous pouvez évidemment voir émerger des difficultés. »
Une nouvelle ligne de transmission est dores et déjà en cours de construction.
chili-energie-solaire-gratuite-une
Juste un petit retard à l’allumage donc. Le Chili ne se croyait sans doute pas capable de produire autant d’énergie solaire en si peu de temps. C’était oublier un peu vite que, quand on veut, on peut !
Décidément, après avoir annoncé qu’il serait le premier pays à faire rouler son métro grâce au vent et au soleil, le Chili n’en finit plus de nous surprendre par sa capacité à innover ! Chapeau.

lunes, 22 de agosto de 2016

source:http://mysteriousuniverse.org/

plasmafeature

US Air Force pour modifier l'atmosphère avec des bombes de plasma

Depuis des décennies, des rumeurs ont circulé sur les projets militaires secrets pour exploiter les forces de la Terre pour une utilisation dans la guerre. Plusieurs projets top secret, comme l'Active Auroral Research Program à haute fréquence , ou HAARP, ont mené des recherches sur les rôles possibles de l' atmosphère de la Terre pourrait jouer dans la communication ou le développement des armes. Alors que les forces armées américaines affirment des projets tels que HAARP sont uniquement à des fins scientifiques, les théories du complot sont toujours en circulation qui accusent HAARP des tremblements de terre causant et autres catastrophes naturelles.
Un réseau d'antennes HAARP.
Un réseau d'antennes HAARP.
Maintenant, dans un mouvement beaucoup plus transparent, l'US Air Force a annoncé son plan pour améliorer les communications par satellite en modifiant le ciel de la planète. Le plan implique détoner des dizaines de bombes à plasma dans les couches supérieures de l'atmosphère afin de modifier les propriétés physiques du bouclier protecteur vital de la Terre. Qu'est-ce qui pourrait mal se passer?
Les revendications de programmes secrets scientifiques entourent les observations de phénomènes étranges dans le ciel.
Les revendications de programmes secrets scientifiques entourent les observations de phénomènes étranges dans le ciel.
Selon le New Scientist , le plan impliquerait d' augmenter la densité de l'ionosphère , la couche de l'atmosphère de la Terre qui réfléchit les ondes radio et permet des communications à longue distance. Cet objectif sera atteint grâce au lancement desdizaines de satellites minuscules appelés Cubesats, qui porter des bombes à plasma de pointe qui libèrent les métaux vaporisés dans l'atmosphère quand a explosé. Les nuages ​​de vapeur métallique résultant serait alors en mesure de mieux refléter lesondes radio et de détourner le rayonnement solaire, l' amélioration des capacités de communication des forces armées.
satellites en forme de cube minuscules appelés Cubesats sont regardèrent comme une méthode de livraison pour les bombes atmosphère altérant.
satellites en forme de cube minuscules appelés Cubesats sont regardèrent comme une méthode de livraison pour les bombes atmosphère altérant.
Les bombes sont développées à travers un projet commun entre l'US Air Force, Université du Maryland, et la firme d'ingénierie Enig Associates. Dans un communiqué de presse annonçant le contrat Air Force pour développer ces bombes à plasma atmosphère altérant, Enig Associés affirme que leurs technologies ouvriront de nouvelles capacités de communication:
[...] Le générateur de plasma de l'espace peut être utilisé pour lisser les perturbations ionosphériques pour assurer des communications fiables et la navigation dans le théâtre, ou pour fournir des capacités de nouvelles pour les systèmes RF.
Un Cubesat minuscule.
Un Cubesat minuscule. Potentiellement choses Terre-détruire viennent en petits paquets.
John Kline, un chercheur en ingénierie des plasmas avec la recherche Instruments desoutien à Hopewell, New Jersey, a déclaré à New Scientist que ces types de techniques sont en grande partie non testés, ce qui signifie qu'il pourrait y avoir des résultats inconnus:
Ce sont vraiment des projets à un stade précoce, ce qui représente les limites de la recherche de plasma dans la modification ionosphère.
Projets de géoingénierie à grande échelle, ou des allégations de celui - ci, sont un sujet chaud pour de nombreux observateurs de la conspiration. Certains voient des projets de recherche tels que les bombes à plasma de la Force aérienne comme des signes d'un complot mondial secret à la ruine de notre planète une fois pour toutes pour, eh bien, le bénéfice de quelqu'un , je suppose.
"Caveman science-fiction" par Dresden codak.
"Caveman science-fiction" par Dresden codak. www.dresdencodak.com
Il reste, cependant, que les êtres humains ont modifié la Terre depuis des millénaires par des actions telles que l' agriculture, l' irrigation, et même l' élevage du bétail perpétuellement gassy . Peut-être qu'il est dans notre nature de vouloir modifier notre environnement. Espérons que nous ne vont pas trop loin cette fois.

jueves, 11 de agosto de 2016

source:http://www.mondialisation.ca/

Notre bataille pour la libération d’Alep a démasqué tous vos mensonges.

Thème: 
Analyses: 

 93 
  9  0 

  104
Interrogé le 6 août sur ce qui se passait à Alep, le Général Amin Hoteit décrivait une situation que nous résumerons en ces quelques lignes : 
« À Alep se focalise le plan alternatif étatsunien en Syrie, les USA ayant conçu deux plans pour arriver à leurs fins. Le plan principal consistant à dominer toute la Syrie en remplaçant son gouvernement légitime par un régime suiviste ayant échoué, ils se sont rabattus sur le second ; lequel ne vise plus qu’à dominer le nord du pays. Ce qui signifie la partition de la Syrie suivant une ligne allant de Efrin à l’ouest, à Abou Kamal à l’est, en incluant Alep, Manbej, Raqqa, Deir ez-Zor… ; Alep devenant la capitale du nord et Damas la capitale du sud.
Une partition compromise du fait des derniers succès militaires de l’Armée syrienne et de ses alliés, lesquels ont réussi à assiéger complètement les terroristes opérant à partir des quartiers est d’Alep et à couper leur approvisionnement venu de Turquie qu’il ne faudrait pas croire, un seul instant, non concernée par l’afflux des moyens colossaux mis à leur disposition ; les USA et tous les États de l’OTAN mettant tout leur poids pour briser le siège des terroristes et sauver leur plan.
En effet, mis à part une guerre médiatique des plus féroces usant de l’éternel argument humanitaire des pauvres bougres de terroristes assiégés -lesquels n’auraient rompu aucune trêve bien que le négociateur en chef du « Groupe d’opposition de Riyad », Mohammad Allouche, ait déclaré qu’il allumerait tous les fronts à partir de Genève en avril dernier- et usant surtout de mensonges médiatiques à propos d’une prétendue défaite de l’Armée syrienne visant à faire tomber Alep psychologiquement avant de la faire tomber matériellement ; cinq vagues successives de terroristes ont été lancées contre Alep, avec 8000 attaquants pour la première, 5000 pour la deuxième, 7000 pour la troisième et encore 8000 pour la quatrième, concentrée sur deux axes au sud d’Alep » [1].
28 000 terroristes en moins d’une semaine ! Partant de là, que penser d’une information qui a envahi la presse écrite et télévisée, locale et régionale, ces trois derniers jours ? Il s’agit d’un article intitulé « 360 000 combattants étrangers ont combattu l’Armée syrienne », publié par un centre d’études dont l’acronyme est FCFS, pour « Firil Center For Studies » [2]. Nous n’avons pas réussi à savoir s’il s’agissait d’un centre simplement basé à Berlin ou d’un centre allemand. Il couvre la période du 10 avril 2011 au 31 janvier 2016 et dit avoir fondé son étude sur le nombre de morts publié par divers médias et 51 autres sources régionales et internationales.
En bref, ces 360 000 individus venus se défouler en Syrie par vagues successives sont de 93 nationalités et seraient issus de tous les continents et de tous les pays arabes sans exception. 95 000 auraient trouvé la mort et 90 000 seraient actuellement présents sur le territoire syrien, répartis entre Daech et Jabhat Fateh al-Cham [ex-Front al-Nosra depuis peu]. Environ 45 milliards de dollars auraient été dépensés pour leur équipée en Syrie.
Globalement, les porteurs de nationalités européenne et américaine auraient atteint les 21 500 dont 8500 seulement seraient retournés dans leur pays. La palme du plus grand nombre reviendrait aux porteurs de la nationalité turque, la Turquie ayant annoncé la perte de 350 soldats, officiers et pilotes, prétendument morts dans d’autres circonstances. Viennent ensuite les Saoudiens avec 5990 tués pour 24 500 engagés sous la bannière des organisations terroristes sévissant en Syrie ; les Jordaniens se chiffrant à 3900 dont 1990 tués. Quant aux femmes étrangères, ce sont les Tunisiennes qui l’emportent [NdT].
 ______________________________________________
Après ce qui s’est passé à Alep et qui continue, nul n’a encore le droit de se poser des questions sur ce qui se passe réellement en Syrie, malgré les allégations des uns et des autres, car la vérité a atteint le degré de certitude.
Qu’est-ce qui a donc tellement bouleversé les puissances occidentales et l’ensemble des organisations des Nations Unies au moment où l’Armée arabe syrienne réussissait à assiéger les terroristes avant de lancer sa bataille de libération pour les défaire et libérer cette magnifique ville millénaire de leur fureur ?
Pour quelles raisons ces vrais responsables ont-ils lâché leurs mercenaires sur la Syrie, les noyant dans un flot d’argent, d’armes et de munitions, alors que depuis des années les innombrables gangs de terroristes s’acharnent à ravager cette ville, bombardent ses quartiers, assassinent son peuple, pillent ses usines et dévastent ses monuments historiques reconnus héritage de l’humanité, dont la protection et la conservation est du devoir de tous ?
Pourquoi les puissances occidentales ont-elles été frappées d’une sorte d’hystérie, plus que flagrante, suite au décret d’amnistie promulgué par le Président Al-Assad et l’annonce de l’ouverture de couloirs de sécurité pour les civils qui voudraient sortir des quartiers d’Alep contrôlés par les terroristes; leurs déclarations furibondes fusant de toute part, leurs médias s’occupant à expliquer la nécessité de cesser le dialogue avec la Russie et de se décider, une fois pour toutes, à frapper directement l’Armée arabe syrienne et le Hezbollah sur le territoire syrien ?
Nombre de journaux ont, en effet, insisté sur cette nécessité d’« abandonner la politique du dialogue et de recourir uniquement à l’option militaire », dont le Washington Post et le New York Times, dans les pages duquel Dennis Ross, toujours et à jamais disposé à mettre sa plume au service de l’entité sioniste, est revenu pour dire qu’il était « enfin venu le temps de bombarder Assad » [3], afin d’éviter que la situation n’évolue en faveur de l’Armée arabe syrienne :
[Il existe une alternative : punir le gouvernement syrien pour avoir violé la trêve en frappant par des drones et des missiles de croisière les bases, les aérodromes et les positions de l’artillerie de l’Armée arabe syrienne, là où les troupes russes sont absentes… Il est temps pour les États-Unis d’utiliser la langue que M. Assad et M. Poutine comprennent…] ; [Ndt].
Et nombre d’organisations des Nations Unies ont invité à des dizaines de réunions extraordinaires afin d’aiguiser le sens du danger de ce qui se passe à Alep sur l’équilibre des choses, alors que la question est : qui défend qui dans cette ville meurtrie mais toujours résiliente ?
L’analyse objective des déclarations de responsables occidentaux, avec à leur tête Obama, et d’un grand nombre de publications des médias occidentaux largement diffusées à partir du moment où l’Armée arabe syrienne et ses alliés ont commencé à réaliser des progrès significatifs susceptibles de libérer Alep de ces hordes terroristes, ne démontre-t-elle pas que tous ceux-là rendent service au terrorisme et aux terroristes et travaillent à prolonger l’effusion du sang syrien par ces déchets de mercenaires, lesquels ne sont finalement que des pions manipulés par les sionistes, les réactionnaires arabes et l’impérialisme ?
C’est sans aucune honte qu’ils usent de tous les prétextes en omettant de dire que la libération d’Alep réglerait la guerre contre la Syrie en faveur du peuple syrien et de ses alliés, alors qu’il est désormais très clair qu’ils tentent de marquer des points sur le terrain en exploitant des terroristes qu’ils aimeraient substituer au gouvernement syrien.
Ce qui prouve, sans aucun doute possible, que l’Occident sait parfaitement qu’il n’y a pas d’« opposition modérée » et, surtout, qu’il n’éprouve aucune honte à soutenir, en plein jour, les gangs de sanguinaires qui tuent des civils dans notre pays depuis plus de cinq ans.
Ce qui prouve, toujours sans aucun doute possible, que l’intervention russe en Syrie vise, en paroles et en actions, à combattre et à éradiquer le terrorisme, tandis que toutes les interventions occidentales, sous toutes leurs formes, sont destinées à épuiser et à user la Syrie pour servir le projet sioniste, liquider la Cause palestinienne et le droit des arabes sur leurs terres et leurs maisons, tout en visant à satisfaire les intérêts géostratégiques et colonialistes de l’Occident en Syrie et dans toute notre région.
Et en ce moment précis où les combats pour la libération d’Alep font rage et où l’Occident révèle son véritable visage en se tenant fermement aux côtés du terrorisme et des terroristes, l’entité sioniste continue à semer la désolation en Palestine, assassinant des innocents et des résistants, détruisant précipitamment des maisons, grignotant des terres, comblant des puits, ravageant les récoltes d’un peuple soumis à une odieuse occupation.
Ceci, pendant que le Secrétaire à la Défense des États-Unis, Ashton Carter, s’emploie à consacrer tous ses efforts pour rétablir la cohésion du terrorisme criminel, venu d’Israël et de Jordanie, face à l’Armée arabe syrienne dans le sud de la Syrie [4] et tente de semer la zizanie dans la ville de Soueïda et d’autres villes de la région.
Par conséquent, étant donné cette situation ancienne et nouvelle à la fois et vu ce qu’a enduré notre peuple patient et résistant à Alep, nous devons mettre les points sur les « i », appeler les choses par leur nom en affirmant nos positions loin de toute terminologie qui prêterait à confusion. Nous devons dire clairement que :
  • Les forces sionistes et colonialistes mènent une guerre féroce contre la Syrie par leurs intermédiaires arabes, régionaux et internationaux, dans le principal objectif de saper le rôle de la Syrie dans la région et dans le monde arabe, au profit du projet sioniste et des intérêts colonialistes de l’Occident.
  • Le peuple syrien, son Armée et ses alliés se battent, avec honneur, contre le terrorisme sanguinaire publiquement soutenu par l’Occident, Israël et les tyrans des régimes réactionnaires arabes.
  • Toute personne qui porte des armes en dehors du cadre de l’État sert les intérêts du terrorisme et des terroristes.
  • Tout Syrien qui tient à la Syrie, où qu’il se trouve aujourd’hui, n’aspire qu’au retour de la paix et de la sécurité, au retour de ses habitants et à sa reconstruction, loin de l’avidité et de la cupidité des impérialistes et des réactionnaires qui s’en prennent à son indépendance et à son positionnement patriote honorable.
  • Au diable les modifications de bannières des terroristes et les théories justifiant leur fureur, car le terrorisme est un et son objectif est toujours le même. Le seul moyen de s’en débarrasser est de lui résister fermement et d’éliminer, une fois pour toutes, cette plaie redoutable et destructrice.
C’est de cette véritable résistance que dépend le salut de la Syrie, de la région et du monde.
Bouthaïna Chaabane
Conseillère politique du Président Bachar al-Assad et « Fille de la Terre »
08/07/2016

Source : Al-Mayadeen
Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca