Translate

lunes, 24 de agosto de 2015

fuente:http://actualidad.rt.com/

Imprimirhttp://es.rt.com/3xvq

"Si Obama tuviera coraje, diría quién fue el responsable del derribo del MH17 en Ucrania"

Publicado: 23 ago 2015 14:29 GMT | Última actualización: 23 ago 2015 14:30 GMT
2.5K801122
Para reconocer lo que verdaderamente provocó la guerra civil en Ucrania hay que tener coraje, algo que le hace falta al presidente estadounidense Barack Obama, según afirmó el periodista de investigación Robert Parry.
En su artículo en Consortium News el periodista estadounidense describió a Obama como alguien que está siendo desgarrado entre dos polos de su visión sobre la política extranjera.
El autor lo califica como un "oportunista tímido", que tiene miedo a "desafiar la dominación de los halconesneoconservadores/liberales sobre el Washington oficial".
La de Ucrania es la más peligrosa de todas sus narrativas falsas desarrolladas por EE.UU. e implantadas en la conciencia popular, señala el periodista.
"Aunque la idea de que la crisis ucraniana es simplemente un caso de 'agresión rusa' es apoyada por prácticamente cada persona importante en los círculos del poder en Washington,nunca ha sido la verdad", subrayó Parry.
"Esta crisis fue provocada por un golpe de Estado el 22 de febrero de 2014 respaldado por EE.UU., que derrocó al presidente elegido de Ucrania, Víktor Yanukóvich. Putin reaccionó a dicha provocación. No la desató", explicó el periodista.
Según él, Obama podría cambiar la situación y ayudar a resolver la crisis ucraniana si comenzara poniendo freno a la campaña propagandista de Washington. 
El presidente estadounidense podría luego revelar toda la verdad: "cómo estalló de verdad la crisis, por qué el mantra de la 'agresión rusa' es falsa, en qué piensa el Gobierno estadounidense  cuando colabora con los neonazis y yihadistas para asesinar a miles de étnicos rusos en Ucrania y quién fue el responsable del momento clave en la escalada: el derribo del vuelo MH17".
Pero este escenario es poco probable, debido a la naturaleza ambivalente de Obama. Requeriría que desafiara a los 'halcones' políticos y revelara todos los hechos al pueblo estadounidense, concluye el periodista. 

domingo, 23 de agosto de 2015

fuente :http://internacional.elpais.com/internacional/2015/08/22/actualidad/1440232469_023257.html?id_externo_rsoc=FB_CM

Francia honra a los héroes que evitaron una matanza en el tren

Dos jóvenes militares de viaje redujeron al atacante del tren Ámsterdam- París

  • Enviar a LinkedIn2
  • Enviar a Google +127
  • Comentarios304
Anthony Sadler (amigo de los militares que también ayudó), Alek Skarlatos y el británico Chris Norman con las medallas por su valentía. / AFP / REUTERS LIVE
“Si no fuera por ellos, estaríamos todos muertos”. La frase es del actor francés Jean-Hugues Anglade, uno de los pasajeros que viajaban en el tren atacado el viernes por Ayoub El Kahzzani, fichado por su relación con el islamismo radical. Ellos son un británico, un joven estadounidense y dos soldados de esta nacionalidad, de vacaciones por Europa. Estos últimos, Alex Skarlatos y Spencer Stone, lograron reducir al asaltante y evitar así una masacre. El presidente francés, François Hollande, los recibirá mañana en el Elíseo junto a otros pasajeros que ayudaron a neutralizar al asaltante.
Los hechos ocurrieron poco antes de las seis de la tarde del viernes en el tren Thalys 9364, con 554 pasajeros a bordo, que partió de Ámsterdam con destino a París. El Kahzzani se subió al tren en la estación de Bruselas armado con un fusil automático Kaláshnikov, una pistola Luger, una decena de cargadores y un cúter. Cuando el tren se encontraba a la altura de la localidad de Oignies, cerca de la estación de Arras, en el norte de Francia, un pasajero francés que se dirigió al baño. Entre dos vagones vio emerger a este hombre, que llevaba el fusil colgado, y trató de detenerlo, sin éxito. El fusil se disparó varias veces. Algunas ventanas saltaron y un viajero resultó herido. El terrorista siguió hacia el vagón número 12, en el que se encontraban los soldados estadounidenses.
“Oímos unos disparos y un estallido de cristales”, explicó después Alex Skarlatos, uno de ellos. “Y vimos al hombre”. Su amigo Spencer Stone, aficionado a las artes marciales, gritó: “¡Vamos por él, vamos!”. Y se lanzaron hacia él. Stone derribó a El Kahzzani y le quitó la pistola. Un pasajero franco-estadounidense, un profesor universitario de unos 50 años, logró hacerse con el arma pero al darse la vuelta recibió un disparo en la espalda.
Mientras, El Kahzzani sacó del bolsillo un cuter, con el que provocó graves heridas al soldado. Un tercer de los amigo de los estadounideses, Tony Saedler, se unió a ellos. Igual que el consultor británico Chris Norman, de 62 años, que declaró esto a la BBC. “Oí disparos, ruidos de cristales, y vi a un hombre con una ametralladora y no sé cuántos cargadores. Mi primera reacción fue sentarme y esconderme. Entonces oí a un tipo con acento americano que decía: ‘vamos por él’. Y pensé que era la única oportunidad de actuar en equipo y tratar de controlarlo. Fue un razonamiento rápido. Pensé: si voy a morir de todos modos, adelante. Prefiero intentar derribarlo que esperar sentado en una esquina a que me dispare”.
Por suerte, el Kaláshnikov se encasquilló en algún momento. Los pasajeros lograron hacerse con el fusil y golpearon al terrorista en la cabeza hasta que cayó inconsciente. A continuación lo maniataron y el tren fue desviado a la estación cercana de Arras, donde quedó detenido por las fuerzas de seguridad.
Ayoub El Kahzzani declaró en el momento de la detención que era marroquí y tenía 26 años. La identidad fue confirmada ayer gracias a las pruebas de ADN. El Kahzzani estaba fichado por los servicios de inteligencia españoles y franceses. Ayer fue traslado a la subdirección antiterrorista de la policía judicial a las afueras de París. El interrogatorio puede prolongarse hasta cuatro días. La fiscalía federal belga anunció que abriría una investigación, en paralelo a la de la fiscalía antiterrorista de París.
Spencer Stone fue operado ayer por la mañana en el hospital de Lille, a unos 40 kilómetros de Arras, y ya ha recibido el alta. El profesor francés seguía ingresado, aunque está fuera de peligro.

Denuncias contra el personal

En el vagón siguiente al de los héroes viajaba Jean-Hugues Anglade, junto a su esposa y sus dos hijos. El actor denunció que el personal del tren se dirigió a un vagón especial para los trabajadores, donde se atrincheraron sin dejarles entrar. “Apelotonados contra la puerta metálica del vagón, dábamos golpes, gritábamos para que el personal nos abriera. En vano. Nadie respondió”, dijo a Paris Match. “Los minutos parecían horas. Protegí con todo mi cuerpo a mis hijos. Estábamos a merced de las balas, creíamos que íbamos a morir”. Entonces llegó corriendo Anthony Sadler les dijo que el asaltante había sido reducido. “Tuvimos una suerte enorme de que estuvieran estos soldados estadounidenses (…) Sin ellos, estaríamos todos muertos”.
La presidenta de la empresa Thalys, Agnès Ogier, señaló en la radio pública France Info que uno de los controladores fue blanco de los disparos y se encerró junto a otros cinco o seis pasajeros en un vagón de equipaje situado al final del tren. “Una vez allí, activó la alarma”. Cuando el tren se detuvo, el personal salió para avisar al conductor. “Todo ocurrió muy rápido. El personal cumplió con su misión”, concluyó.
Tanto los dos soldados como Sadler y el británico Chris Norman, afincado en el sur de Francia, recibieron una medalla de la ciudad de Arras por su valentía y serán recibidos el lunes en el Elíseo, junto al primer pasajero francés que se encaró con el terrorista. El presidente Hollande transmitió por teléfono a su homólogo estadounidense, Barack Obama, su agradecimiento por “la ejemplar conducta” de los estadounidenses. Tanto Obama como el primer ministro británico, David Cameron, telefonearon a sus compatriotas.

source:http://francais.rt.com/opinions/5924-collon-attentat-thalys-france

Combien d’attentats faudra-t-il encore ?

La police belge près d'un train ThalysSource: Reuters
La police belge près d'un train Thalys
Un homme armé d’une Kalachnikov a ouvert le feu dans le train Amsterdam-Bruxelles-Paris. Le pire a été évité mais combien d’attentats faudra-t-il encore avant qu’on s’attaque à la cause du problème, se demande l’écrivain Michel Collon.
Après le musée juif à Bruxelles, le journal Charlie-Hebdo et une épicerie juive à Paris, un café au Danemark, après les massacres en Tunisie, en Egypte, au Kenya, au Mali, au Cameroun et au Nigeria, c’est dans un train international européen qu’un carnage a failli avoir lieu. Tous les experts et analystes savent que cela va continuer. Que font les autorités occidentales ?
Elles intensifient l’espionnage des terroristes présumés et, pour cela, de la population toute entière. Mais c’est peine perdue, commente ce samedi matin dans Le Soir (Bruxelles), Marc Metdepenningen : «Les mesures d’écoutes massives, de traçage technologique seraient sans utilité contre ces "loups solitaires" passant à l’action sans recevoir d’ordre explicite d’une organisation [et] difficilement repérables».
Si repérer tous les euro-djihadistes est effectivement impossible, alors pourquoi les autorités ne s’attaquent-elles pas aux causes du phénomène : qu’est-ce qui fait qu’un jeune immigré arabe se révolte et ne disposant d’aucun exutoire pour canaliser sa colère, sombre dans la violence fanatique et aveugle ?
Ces causes ont pourtant été clairement identifiées par plusieurs analystes indépendants :
  1. Le malaise social des jeunes immigrés auquel nos sociétés n’offrent pas de travail, pas d’avenir, pas de dignité, seulement un racisme croissant.
  2. Le malaise citoyen de ces jeunes qui voient les Etats-Unis agresser et piller impunément les ressources pétrolières des pays arabes.
  3. Le soutien occidental aux crimes du colonialisme israélien.
  4. Le financement du terrorisme par l’Arabie saoudite et le Qatar.
  5. L’utilisation des terroristes par les Etats-Unis en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie, en ex-Yougoslavie, en Tchétchénie et bien d’autres pays.
En savoir plus : No comment de Washington sur le fait que les USA n’ont rien fait pour empêcher l’ascension de Daesh
D’un côté, on utilise sans scrupule les terroristes pour prendre le contrôle de pays convoités. De l’autre côté, on se plaint quand ces mêmes terroristes commettent des attentats cent fois moins meurtriers en Europe. On ne peut pas suivre éternellement la stratégie criminelle des Etats-Unis et de la France. Il va falloir choisir.
Source : Grégoire Lalieu, Jihad made in USA, entretiens avec Mohamed Hassan, Investig’Action, Bruxelles 2014.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT

viernes, 21 de agosto de 2015

source:http://la-brochure.over-blog.com/

 nicanor081211.jpg
Pablo Neruda c’est le Chili pourtant un autre poète est aussi grand et il est inconnu : Nicanor Parra. A 97 ans, il reçoit le prix Cervantes en Espagne demain lundi, et c’est pour moi un bel événement. Nicanor c’est l’anti-poète, c’est la famille Parra. Ce fils de paysan alla jusqu’aux USA pour y étudier la physique et la mécanique, sans jamais oublier les traditions de son pays. Je me souvenais avoir écrit un texte en son honneur il y a longtemps, et en tapant sur mon ordinateur Nicanor voici ce que j’ai trouvé et j’en suis très heureux. 22 avril 2012. JPD

Le bonjour de Nicanor

Avec l’année 2005, Pinochet va devoir enfin passer devant les juges chiliens (1). Sans vouloir minimiser les mérites du juge Guzman, comment ne pas noter que l’événement se produit après que les dirigeants des USA aient publiquement lâchés l’ex-dictateur, tout en rappelant l’implication de la CIA dans l’organisation du coup d’Etat de 1973. La presse étatsunienne a même cru utile de révéler les multiples comptes bancaires qu’Augusto avait chez l’Oncle Sam ! Pour le cas où, comme en cette occasion on n’apportera pas en faveur de Pinochet les témoignages d’estime du pape Jean Paul II, je me charge de vous communiquer ce « poème » que le pape lui dédia le 18 février 1993 : « Au général Augusto Pinochet Ugarte et son épouse distinguée Madame Lucia Hiriart de Pinochet à l’occasion de leurs noces d’or et en gage d’abondantes grâces divines, il m’est agréable de donner, ainsi qu’à leurs enfants et petits-enfants, une bénédiction apostolique spéciale ».
En fait ce détour par le Chili, tient à d’autres poèmes plus facétieux. Je l’entreprends pour évoquer un autre chilien, de 90 ans lui aussi, et qui se veut le poète anti-poète. Un lecteur de cette chronique me demanda le nom du poète évoqué à la fin du film de Patricio Guzman sur Salvador Allende et, malgré mes recherches, je n’ai pu trouver à ce jour la réponse. Même en demandant à un Chilien bien informé comme Victor de la Fuente ! S’il s’était agi de Pablo Neruda, la question n’aurait pas été posée vu sa notoriété. J’en ai déduit qu’il s’agit de Nicanor Parra l’aîné d’une famille, d’artiste dont Violeta qui écrivit les paroles de la chanson : Gracias a la vida …
En 1992, Nicanor Parra put voyager en France et crut enfin qu’il allait être traduit dans ce pays mais voilà, il n’en est rien. En 1964, s’il avait envoyé 5000 dollars aux éditions Seghers, il aurait pu obtenir ce privilège qu’il refusa. Alors, comment lui rendre hommage ici ?
Après quelques recherches sur Intenet, je retiens son discours de réception du prix Juan Rulfo à la Foire du livre de Guadalajara au Mexique en novembre 1991. Ce discours est bien sûr une suite de poèmes où l’auteur a tenté de condenser tout son art anti-poétique.
Il prétend que s’est un ami qui lui suggéra de sortir du discours académique vu que plus personne ne croit aux idées en cette glorieuse « fin de l’histoire ». Il nomme même cet ami : Carlos Ruiz Tagle.
Premier point : quelques lignes sur « tous les types de discours qui se réduiraient en fait à deux, les bons et les mauvais, le discours idéal étant celui qui ne dit rien tout en paraissant tout dire ».
Deuxième point : il se trouve que pour les discours mauvais il suffirait à l’auteur de plagier Hitler, Staline ou le souverain pontife au risque même d’entendre ensuite quelque chose de pire ! Faute d’opter pour cette voie (voix) Nicanor Parra pouvait-il tenter devant l’immense auditoire de la Foire du livre, un bon discours pour remercier le jury d’avoir pensé à lui ?
Il propose alors un possible début de discours qu’il fait suivre par un autre tout aussi possible tout en rappelant que le cadavre de Marx respire encore.
Mais voilà, Nicanor ne peut joindre les deux idées « c’est à cause de ça qu’il se fit poète sinon il aurait été homme politique, philosophe ou commerçant ».
Pour entrer enfin en confiance avec l’auditoire il pensa judicieux de lire ce poème de quelqu’un d’autre :
« Je suis Lucila Alcayaga / Alias Gabriela Mistral / D’abord j’ai obtenu le Prix Nobel / Puis le National / Bien que je sois morte / Je me sens mal / Parce que jamais on ne me donna de Prix Municipal ».
Et alors Nicanor se sentit autorisé à lire quelques uns de ces poèmes de circonstance le premier portant pour titre, le titre d’un livre de Juan Rulfo, Pedro Páramo, le livre le plus considérable de toute la littérature. Nicanor se souvient avoir croisé une fois Juan Rulfo qui jugea utile de couvrir d’éloges pour un poème … dont il n’était pas l’auteur. Nicanor s’arme toujours de dérision même devant le vaste auditoire de la Foire de Guadalajara (la rivière des pierres). Il prétend ne pas pouvoir faire l’éloge de l’immense Juan Rulfo et pourtant il s’y emploie en quelques vers soignés qu’il achève ainsi : « En dehors de José María Arguedas et de l’incommensurable cholo Vallejo, peu sont ceux avec qui, il est comparable ».
Puis il parle d’émotion, de l’émotion à la réception de ce prix « qui le laissa bouche ouverte avec un doute : va-t-il pouvoir la refermer ? ». Il eut la sensation d’avoir gagné à la loterie sans acheter de billets !
Mais, soyons sincère, espérait-il ce prix ? « Les prix sont comme les dulcinées du Toboso, plus nous pensons à elles, plus elles s’éloignent ». En fait ce prix, il le reçoit au nom de tous les poètes anonymes car ce prix récompense le silence, le silence qui fut celui de Juan Rulfo et qui est le sien puisque les deux n’écrivirent que le strict nécessaire.
Vient ensuite la question la plus matérielle : « que vais-je faire de tant d’argent ? » Va-t-il avec retard pouvoir donner 5000 dollars aux éditions Seghers pour obtenir une traduction en français ? Hélas les éditions en question n’existent plus ! Il va s’occuper de sa santé et de la construction de sa tour d’ivoire endommagée par un tremblement de terre. Ils disent terremoto en espagnol et ils viennent d’inventer maremoto pour ce que partout on appelle tsunami. Le mot a été repris de l’italien et on comprend alors un peu mieux comment moto s’est accroché à terre. Venant du latin moto veut dire bouger d’où bien sûr la moto … En France nous aurions pu dire « tremblement de mer » mais notre langue tendant à devenir fossile laisse à d’autres les talents de l’invention. Et par exemple à Nicanor Parra. Or il nous prévient : « L’espagnol est une langue morte ou moribonde dans le meilleur des fromages, et c’est ainsi que Rulfo rédigea son Quijote dans le parler du 16éme siècle ». En tant que poète, il eut sur les poètes conventionnels, en y incluant les anti-poètes, l’avantage de ne jamais écrire en vers, ni même en vers appelé libre qui est le plus artificiel de tous d’après un chat appelé Ezra Pound »
Puis Nicanor évoquera ses propres idées écocommunistes : « Revenons à la démocratie, pour que se répète le film ? NON : pour voir si nous pouvions sauver la planète et sans la démocratie on ne sauve rien. Individualistes du monde, unissons-nous avant qu’il ne soit trop tard ».
Il chantera le terme « huellas » avec lequel j’ai quelques problèmes. Je n’arrive pas à en garder la trace même si je sais qu’il vient du mot « hollar » qui veut dire « fouler » dans le sens de fouler les pas de quelqu’un d’autre. Il citera Rimbaud puis résumera son propos. Il est écologiste et remercie explicitement les membres du jury et parmi eux Julio Ortega le Péruvien. Je l’ai croisé un jour, soucieux d’interroger Alfredo Bryce Echenique.
Et comme le dit Nicanor à la fin de son discours : Mai Mai peñi, qui en langue mapuche signifierait quelque chose comme « hola, hermano » et peut-être en français, « salut à tous ».
Date inconnue en 2005 JPD
(1)     Pinochet est mort sans passer devant des juges

jueves, 20 de agosto de 2015

source:http://www.mondialisation.ca/le-megaprojet-du-mur-europeen-dans-la-nouvelle-guerre-froide-un-nouveau-rideau-de-fer-entre-lest-et-louest/5469249

le mégaprojet du « Mur européen » dans la nouvelle guerre froide: Un nouveau Rideau de fer entre l’Est et l’Ouest

L’Ukraine construit un mur à sa frontière avec la Russie

Région : 
Thème: 
 292 
  18  1 
 
  321
Russie Ukraine
« Rendre visible l’exclusion de la Russie hors de l’Europe. »
Nous avons dressé une synthèse mondiale de l’apparition de plus en plus importante de murs ou de barrières construits sur les frontières interétatiques, synthèse exposée dans un article publié par Mondialisation.ca le 25 juin dernier  et intitulé : «Les murs du nouvel ordre mondial. Géopolitique des murs: Mondialisation de la fortification et la militarisation des frontières ». Quelques semaines plus tard, nous avons fait état du projet de construction d’un autre mur, aussi appelé «ligne de protection» à la frontière entre la Tunisie et la Libye dans un article intitulé: «Nouveau « mur du nouvel ordre mondial » : Une mégaclôture surgit entre la Tunisie et la Libye. Géopolitique des frontières interétatiques ». Aujourd’hui, nous présentons brièvement le projet de construction d’un autre mur dont la première phase a débuté au cours des derniers mois, soit le mur construit par l’Ukraine sur sa frontière avec la Russie. Ce mur qui se veut, lui aussi, pas tout à fait un mur, a pour objectif avoué de « stopper les mouvements de troupes et de matériel en provenance de la Russie vers le Donbass » – selon le gouvernement ukrainien et l’Otan- tout en étant bien au fait que celui-ci a une frontière commune avec la Russie sur une distance de plus de 410 km.
Le processus de confinement de la Russie développé par les membres de l’OTAN en Europe orientale va jusqu’à la construction d’un mur de séparation qui nous ramène au temps de la guerre froide avec le Mur de Berlin. Les desseins des puissances occidentales sont de non seulement créer un rempart fortement militarisé avec la Russie mais aussi de séparer physiquement l’Ukraine et la Russie par un mur. Puisque le coût du projet, estimé à quatre milliards de hryvnias (200 millions de dollars), ne peut être assuré par l’Ukraine les membres de l’OTAN se mettront à l’œuvre pour que le projet se réalise selon les plans des experts consultés, en particulier les Israéliens, les champions dans ce domaine et, bien sûr, assistés par les Étasuniens. On apprend au même moment que la Lettonie veut aussi construire un mur à sa frontière avec la Russie. C’est ainsi que l’industrie des murs continue de se développer avec l’augmentation des pressions interétatiques et le processus de militarisation planétaire.
La frontière ukraino-russe (figures 1 et 2)
Dans le cadre d’une conférence de presse, le M. Iatseniouk, Premier Ministre de l’Ukraine, annonçait au début de septembre 2014 que l’Ukraine construirait une “barrière réelle” à la frontière ukraino-russe. Selon les médias, il a ensuite proposé de rebaptiser le projet en « Mur européen ». À l’instar de la Tunisie, l’Ukraine trouverait honteux de bâtir un mur à ses frontières. Ce sera alors un mur entre l’Europe et la Russie. Pour plusieurs, il s’agirait d’un mur inutile, car il n’y a pas de mouvements migratoires clandestins entre les deux pays et il est à noter que l’Ukraine ne contrôle pas une partie non négligeable de sa frontière avec la Russie, soit celle qu’elle partage avec le Donbass. Cette frontière qui a une longueur de 410 kilomètres ne serait pas totalement sous le contrôle de Kiev mais sous celui des séparatistes depuis le début de la rébellion dans l’est de l’Ukraine en avril 2014 (ledevoir.com).
Figure 1. L’Ukraine

Figure 2. Les territoires sous le contrôle des séparatistes pro-russes
 
II. Le mur ukrainien (figures 3 et 4)
La construction d’un mur à la frontière russo-ukrainienne coûtera à l’Ukraine la somme de 4 milliards de hryvnias (200 millions de dollars), selon un devis publié par le conseil des ministres ukrainien. Un quart de cette somme devrait être dépensé cette année, la longueur des fortifications étant estimée à 2.000 kilomètres et la durée de la construction devant prendre au moins trois ans. Les fortifications se composeront notamment d’un fossé antichar large de quatre mètres et profond de deux mètres. Des miradors hauts de 17 mètres seront installés le long du fossé.
Figure 3. Le mur ukrainien
Selon le Huffington Post, « pour lutter contre ce qu’elle considère être une invasion russe, l’Ukraine ne souhaite pas ériger un vrai rempart de béton comme le suggère l’appellation le « Mur », mais un système sophistiqué alliant des fortifications militaires et des moyens de surveillance électroniques modernes. Il y aura à terme « des systèmes d’alarme et des systèmes pour détruire des équipements et des troupes ennemies », assure Olexandre Doudko, porte-parole des gardes-frontières dans la région de Tcherniguiv qui fait visiter à des journalistes les installations, récemment construites près du petit poste-frontière de Senrioka, à 200 kilomètres au nord de Kiev » (journaldemontreal.com).
On se retrouve donc avec un mur utilisant les technologies modernes afin d’avoir un contrôle efficace de tous les mouvements qui pourraient se produire entre les deux pays.
Figure 4. À la frontière russo-ukrainienne près Hoptivka, région de Kharkiv, Ukraine orientale, le 18 avril 2015. (AP / Inna Varenytsia)  
Le coût du projet révisé à la hausse
Dans le cadre d’une conférence de presse en novembre 2014, M.Nazarenko, le chef du Service ukrainien des frontières, a indiqué que « le montant total des dépenses s’élève à 8,362 milliards de hryvnias (environ 567 millions de dollars) » (sputniknews.com). Les coûts ont donc plus que doublé par rapport aux premières estimations.
Un financement étatique incertain
Le premier ministre ukranien Arseni Iatseniouk a annoncé en septembre 2014 que l’Ukraine érigerait un mur ressemblant à celui de Berlin à la frontière ukraino-russe (sputniknews.com). On apprend cependant que la réalisation du projet a été suspendue faute de financement.
Les milliardaires à la rescousse
Un gouverneur milliardaire ukrainien a soumis le vendredi 13 juin à la présidence un projet de construction d’un mur de 2000 km avec des barbelés à la frontière avec la Russie, a annoncé son adjoint. Igor Kolomoïski, quatrième fortune d’Ukraine avec 1,8 milliard de dollars, récemment nommé gouverneur de la région de Dnipropetrovsk (est), estime qu’une telle protection est nécessaire “pour éviter toute incursion du côté de l’État qui mène une politique agressive envers l’Ukraine”.
“Ce projet peut être mis en oeuvre en six mois”, a assuré le vice-gouverneur de Dnipropetrovsk Sviatoslav Oliïnik à l’agence Interfax-Ukraine. Ce projet d’un coût total de 100 millions de dollars prévoit la construction d’une enceinte métallique avec des barbelés tout au long des 1920 km de frontière avec la Russie, a-t-il ajouté (huffingtonpost.fr, 13 juin 2015).
Conclusion
Selon le Figaro, « l’imaginaire du «mur» ressurgit en Europe, avec le même vocable que pendant la Guerre froide: le Kremlin crie au «fascisme» en regardant vers l’Ouest ; les Occidentaux prétendent bloquer  « l’invasion russe et les provocations du Président Poutine ».  Arrivé en tête des élections législatives, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, plus belliqueux dans ses positions que le président Petro Porochenko, a été le premier à envisager l’érection d’un mur d’ici à trois ans entre les frontières russe et ukrainienne » (lefigaro.fr, 13 novembre 2014).
Le rideau de fer est tombé au grand soulagement du monde entier. Dans le silence général, ce rideau est de nouveau abaissé entre l’Est et l’Ouest. Un retour vingt-cinq ans en arrière qui nous fait penser que la Russie est restée pour l’Occident un ennemi mental et qu’il suffit pour s’en séparer de construire une barrière symbolique qui marquera la séparation de facto de l’Europe de la Russie.
Ce mur vient s’ajouter à deux grands murs qui sont construits depuis des décennies dans les esprits : Un mur entre l’Occident et le reste du monde et un autre, bien ancré dans l’intelligence globale, soit celui qui sépare le monde dit industrialisé et riche de celui des pays dits en développement. Deux murs qui hantent le devenir de l’humanité et expliquent les malheurs qui l’affectent.
Jules Dufour
Centre de recherche sur la Mondialisation, Montréal, Canada
Références
AFP. 2014. Un mur pour séparer l’Ukraine de la Russie? C’est l’idée de ce gouverneur milliardaire ukrainien. Le HuffPost/. Le 13 juin 2014. En ligne : http://www.huffingtonpost.fr/2014/06/13/mur-ukraine-russie-gouverneur-milliardaire_n_5491077.html
AFP. 2015. Un «mur» technologique entre l’Ukraine et la Russie. Journal Le Devoir, le 13 août 2015. En ligne : http://www.ledevoir.com/international/europe/447436/un-mur-technologique-entre-l-ukraine-et-la-russie
FEERTCHAK, Alexis. 2014. Ukraine : après le mur de Berlin, le mur de Kiev ? Le Figaro.fr. VOX MONDE. Le 13 novembre 2014. En ligne : www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/11/13/31002-20141113ARTFIG00154-ukraine-apres-le-mur-de-berlin-le-mur-de-kiev.php
GAZETA.RU – MOSCOU. 2014. Ukraine-russie. Le “mur” des frères slaves. Courrier international. Le 20 juin 2014. En ligne : http://www.courrierinternational.com/article/2014/06/20/le-mur-des-freres-slaves
GORSHKOV, Dmytro / AFP. 2015. L’Ukraine érige un «mur» pour se protéger de la Russie. Le Journal de Montréal, le 12 août 2015. En ligne : http://www.journaldemontreal.com/2015/08/12/lukraine-erige-un-mur-pour-se-proteger-de-la-russie
RIA NOVOSTI. 2014. Mur à la frontière ukraino-russe : Kiev débloquera 20 M USD en 2015. Le 30 décembre 2014. En ligne : http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/news/2014_12_30/Mur-a-la-frontiere-ukraino-russe-Kiev-debloquera-20-M-USD-en-2015-2788/
SPUNIK. 2015. Ces murs qui visent à couper la Russie de l’Europe. Le 13 août 2015. En ligne :http://fr.sputniknews.com/russie/20150813/1017529860.html
VARENITSA, Inna Varenitsa. 2015. Ukraine erects ‘Project Wall’ on Russian border, critics fear expensive failure. CTV News et AP. Le 6 mai 2015. En ligne : http://www.ctvnews.ca/world/ukraine-erects-project-wall-on-russian-border-critics-fear-expensive-failure-1.2361407
Pour aller plus loin, par Jules Dufour sur le même thème :
mur_libye
frontiere-inde-bangladesh
La recherche de la sécurité par les fortifications, la surveillance des frontières et les murs: une illusion
Militarisation croissante de l'espace transfrontalier entre les États-Unis et le Mexique
Murs « virtuels » et militarisation en Amérique du Nord
Les barrières de sécurité à Bagdad: consécration d'un nouvel apartheid intensifié par la guerre
Jules Dufour, Ph.D., C.Q., géographe et professeur émérite. Chercheur-associé au Centre de recherche sur la Mondialisation, Montréal, Québec, Canada.