Translate

sábado, 30 de abril de 2016

fuente: http://sorchafaal-en-espanol.blogspot.fr/

MARTES, 26 DE ABRIL DE 2016

RUSIA ORDENA ACELERAR MOVIMIENTO DE TROPAS AL CRECER TEMORES POR CATASTROFE GLOBAL



Abril 25, 2016.-


El Ministerio de la Defensa (MoD) está informando el dia de hoy que ha ordenado la aceleración de movimientos de tropas que ya está en proceso en el Distrito Militar Oriental (EMD) después de que hace unas cuantas horas México fuera sacudido por un poderoso terremoto de magnitud 5.6 llevando al crecimiento de temores de que “se acerca una catástrofe global”.






Según ese informe (y que reportamos previamente en nuestra pieza del 17 de abril RUSIA SE PREPARA PARA CATASTROFICO TERREMOTO PERO ADVIERTE QUE EEUU ESTA EN PEOR PELIGRO, las mas de 25,000 tropas de la Federación están siendo re-desplegadas por el DMO desde el 19 de abril en un “marco de simulacro” para no aumentar mas temores, ya están en “modo de aceleración total” hacia sus corredores de seguridad si es que comenzase a fracturarse la Placa del Pacifico.

El Doctor Cientifico Mehran Keshe, el año pasado, continua ese informe, había advertido sobre esta catástrofe diciendo que Norte y Sud America podrían quedar partidos en dos y que pudieran producirse mega-tsunamis que azotaran a América y Asia matando a 40 millones de personas”.

Con esta tétrica evaluación concurrió el Doctor Cientifico Estadounidense Roger Bilham del Instituto Cooperativo para la Investigación de Ciencias Ambientales de la Universidad de Colorado (CIRES), dice ese informe, y que, igualmente ha advertido que “Las condiciones actuales podrían detonar por lo menos cuatro terremotos de magnitud mayor a 8.0 y si se tardasen, la tensión acumulada durante siglos provocaría mas catastróficos mega-terremotos”.

Los que corren mayor peligro, apunta ese informe, son los pueblos que viven cerca y alrededor de la Zona de Moderación de Cascadia a lo largo de las costas del Canadá y de los Estados Unidos – y cuya tétrica evaluación para lo peor que pudiera suceder se lee como un recuento bíblico del fin de los días.





Ese reporte concluye, declarando impactantemente que (al publicarse este informe en el Kremlin) que no se ve que se lleve a cabo ninguna acción por parte de los gobiernos Estadounidense y Canadiense ya sea para prepararse o de avisar a sus ciudadanos de lo que les podría suceder, potencialmente, si la Placa del Pacifico continua su rápida expansión y que ya ha costado la vida de cientos tanto en el Japón como en el Ecuador.

Para tener una mayor comprensión de este actual informe del MoD, debe de colocarse en el contexto debido al leer los reportes previos de esta inminente crisis, y como lo hemos ya documentado en "RUSIA MUEVE OTRAS 50,000 FUERZAS A FRONTERA CON UNION EUROPEA, ADVIERTE QUE LA CATASTROFE ESTA POR COMENZAR”,  "RUSIA SE PREPARA PARA CATASTROFICO TERREMOTO, ADVIERTE QUE EEUU ESTA EN MAYOR PELIGRO" y "PUTIN ENVIA ONDAS DE CHOQUE POR TODO EL OCCIDENTE AL CRECER AMENAZA DE TSUNAMI EN EL PACIFICO".








*      *     *    *     *



Artículo original en Inglés en el sitio whatdoesitmean.com/Orden de Sorcha Faal aqui

Modem 56k recuerdos nostalgicos

martes, 26 de abril de 2016

source:http://www.wikistrike.com/

Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda

Publié par wikistrike.com sur 25 Avril 2016, 10:09am
Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda
Le  7 avril 2016, Jane’s révélait que la US Navy Military Sealift Command avait lancé, en 2015, deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba [1]
Les armes qui ont pu être identifiées ont été fabriquées en Bulgarie, ce qui confirme l’enquête précédente de Balkan Investigative Reporting Network [2] et la notre [3].
L’appel d’offres a été remporté par Transatlantic Lines et effectué par le cargo Geysir (IMO : 7710733).
La première cargaison a quitté la Roumanie le 5 décembre 2015 et a été livrée pour moitié à Taşucu (Turquie), et pour moitié à Aqaba (Jordanie). Elle se composait au total de 117 containers, pour 2 007 tonnes. Soit, outre des Kalachnikov et des mitrailleuses, environ 50 lance-missiles Faktoria, entre 796 et 854 missiles, et 162 tonnes d’explosifs.
Le choix des missiles anti-tanks Faktoria s’explique par leur ressemblance avec ceux qu’utilisent l’Armée arabe syrienne, les 9K111 Fagots ATGW dont ils sont une version améliorée, de sorte que l’on puisse accuser celle-ci de divers crimes qu’elle n’a pas commis.
On vient d’apprendre que la seconde livraison, qui était plus importante que la première, a quitté la Roumanie le 28 mars 2016 et a été livrée le 7 avril, c’est-à-dire le jour de la publication de l’article de Jane’s.
Par conséquent, les États-Unis ont eux-même violé la cessation des combats signée le 12 février 2016. Ils ont profité de la naïveté de la Russie et de la Syrie pour réarmer les groupes jihadistes, exactement comme ils l’avaient fait, début 2012, durant la Mission d’observation de la Ligue arabe, puis durant celle des Nations unies.
Les armes ont été remises par le Pentagone, soit directement, soit via l’armée turque, à des groupes qualifiés de « modérés », c’est-à-dire participant simultanément aux négociations de paix de Genève.
Selon les observateurs sur place, y compris ceux qui sont opposés à la République arabe syrienne, ces groupes qui se coordonnent sur le champ de bataille avec Al-Qaïda, remettent systématiquement la moitié des armes qu’ils reçoivent à l’organisation terroriste internationale. Ce sont donc bien principalement les États-Unis qui arment Al-Qaïda, exactement comme ce sont les États-Unis qui ont principalement armé Daesh, notamment en 2014, en organisant « l’abandon » des armes qu’ils venaient de livrer à l’Armée irakienne.

sábado, 23 de abril de 2016

fuente:http://www.rebelion.org/


23-04-2016

Bienvenido a la lucha de clases

El Megafón - CLACSO


Nosotros somos un grupo de militantes, dirigentes, pensadores que soñamos con el socialismo en Brasil. Y estamos en la lucha de clases, entre el primer y el segundo tiempo de un partido de un campeonato que no terminó. Estamos en el vestuario analizando las próximas jugadas.

Es evidente que Brasil vive una grave crisis, una crisis de proyecto. Va mucho más allá del gobierno. La crisis que estamos viviendo es semejante a la del 29, del 60, del 80. Y en estas crisis históricas del país las salidas tardan. Exige una reorganización de las clases. Y es eso lo que está en juego.

Del otro lado, ellos sólo tienen una salida: el regreso del neoliberalismo. Por qué en una crisis – que es una crisis del modo capitalista – necesitan limpiar el terreno para volver a aumentar sus ganancias, acumular y hacer crecer su economía. Pero para eso, tienen que destruir los derechos de los trabajadores, tienen que apropiarse de nuestras riquezas como el petróleo, la minería, el agua, la biodiversidad, los ríos para las hidroeléctricas, para fortalecer así el capital y volver a controlar nuestra economía, subordinándola – como ellos dicen públicamente – a la economía de los Estados Unidos. Ese es su proyecto histórico.

En esta batalla decidieron que para limpiar el terreno, tenían que librarse de algunas trabas. La primera: el gobierno de Dilma (Rousseff), que aunque no sea una gran traba, aún así no les permitía ganar 7 a 1. Además, tenían que desmoralizar a Lula, porque Lula es el fantasma de la clase trabajadora.

Para conseguir esos objetivos armaron un equipo con 3 actores fundamentales. Primero, el poder económico. Hay un enorme poder de los capitalistas que operan a través de sus porta-voces mediáticos. Como dijo Paulinho da Força Sindical (sindicalista y diputado) en su ingenuidad: “Esta sobrando dinero para financiar el impeachment”. Es el capital que compra obispos, jueces, la Red Globo. Hay mucho poder económico en disputa y ellos están moviéndose aunque tienen sus diferencias. No están unidos. ¡Gracias a Dios y a la Dialéctica!

Parte de ellos no acepta la vuelta el neoliberalismo porque empresas como Friboi (de producción de carne) dependen del mercado interno y saben que solo van a recuperar su tasa de ganancia si el pueblo mejora. Esas diferencias entre el poder económico nos benefician. El segundo equipo son los parlamentarios. Es el equipo más sucio. Están entrando sin calzoncillos a la cancha. El origen de la elección de estos parlamentarios es ilegal, ilegítima. Y tercer equipo, es el núcleo ideológico donde está la dirección política del proyecto. Hay en ellos una mezcla. Una mezcla de la derecha del Ministerio Público, la Policía Federal y la Justicia, en alianza con la Red Globo. Usaron la excusa de la corrupción pero también tienen contradicciones: “¿Vamos a sacar a Dilma y después qué hacemos con Cunha? (Eduardo. Presidente de la Cámara de Diputados, investigado por corrupción, segundo en la línea de sucesión presidencial)

¿Del otro lado – el pueblo trabajador – quién tiene a su lado? El gobierno de Dilma que nosotros elegimos y que se pasó dos años haciendo goles en contra. Nosotros ya lo hemos dicho: ¡Basta de hacer goles en contra! Hay que cambiar la política económica a favor del pueblo. Por suerte, ella cambió de entrenador y puso Lula. Y eso ya anuncia nuevas señales.

Del lado de los trabajadores también está la sociedad. Fue la que mejor jugó en estos tiempos. El día que intentaron detener a Lula, en más de 1500 ciudades hubo plenarias de militantes que dijeron “no”. Una sociedad independiente de los partidos, que fue por su propia cuenta. El equipo de la sociedad está jugando bien. El tercero actor son las calles, donde hemos tenido partidos importantes. Ellos salieron el 13 y nosotros se la devolvimos saliendo el 18 y quedó en un 2 a 2. Pero aún no estamos ganando en las calles. Porque la gran masa aún no salió. Todavía está sentada esperando. Está asustada. El desafío que tenemos en las calles, como militantes, es mostrar para esta masa que el problema no es Dilma, ni la corrupción y si, lo que está en juego, es un proyecto del país. Eso es lo que el pueblo tiene que entender. En las calles, aún no ganamos pero hay elementos que pueden cambiar eso. El sábado por la mañana Lula estuvo en Fortaleza y llevó a 100 mil personas a la calle. Ahí está el pueblo. El Sindicato del ABC (en San Pablo) hizo una asamblea con 8 mil trabajadores de las plantas de automóviles. Ahí está el pueblo.

Este es el esfuerzo que tenemos que hacer: salir del vestuario e ir a la cancha con el pueblo. ¡Combinemos una fecha y que la favela ocupe las playas de la Zona Sur, en Río!

Por último, aún tenemos muchas tareas que hacer. Votarán el impeachment. Nosotros tenemos la obligación de frenar el golpe y exigir al gobierno que haga una limpieza en los ministerios, reconocer nuestros errores y mostrarle al pueblo que es un gobierno del pueblo y para el pueblo.

Hay que mantenerse en las calles pero esto no es suficiente. Si el problema de fondo es un proyecto, tenemos que ir delineándolo. Porqué en el 2018 hay elecciones. ¿Cuál es nuestro proyecto? ¿Es solamente Lula 2018? Tenemos que tener un proyecto de país. Y este proyecto de país – en la tradición de izquierda – lo construyen los intelectuales orgánicos de la clase trabajadora, que son ustedes. Empiecen a discutir este proyecto. Es necesario desde ahora ir cambiando la rueda de bicicleta mientras esté en movimiento. Es decir, mientras frenamos el golpe, tenemos que ir pensando en un proyecto de país, hablar con el pueblo y discutirlo con el pueblo, porque el pueblo no es bobo. Ya estamos organizándonos. El Frente Brasil Popular y el MST, vamos a acampar en Brasilia para frenar el golpe. Son campamentos lúdicos, de reflexión donde discutiremos un proyecto de país. Les diremos: “aquí no pasarán”. Y voy a provocarlos con una decisión que ya tomamos en la Asamblea del Frente Brasil Popular en Río Grande do Sul, donde haremos un campamento de legalidad en frente al Palacio Piratini (sede de gobierno), en homenaje a Leonel Brizola. Ustedes en Río de Janeiro, acampen en la Plaza de la Candelaria. ¡No tengan miedo! Tenemos que ser firmes, resistir, hasta sacar del escenario esta estupidez de intento de golpe. Organicémonos para crear un proyecto de país y seguir alerta en las calles. ¡Bienvenidos a la lucha de clases!

___________________________

[1] João Pedro Stedile es miembro de la la Coordinación Nacional del Movimiento de los Trabajadores Rurales Sin Tierra (MST) de Brasil y de Vía Campesina

(Transcripción y traducción de discurso durante “Ato Brasil pela Democracia”, Teatro Oi, Casa Grande. 4 de marzo 2016, Río de Janeiro. www.youtube.com/watch?v=FHCt_vT_8RY )

http://www.clacso.org/megafon/megafon4_articulo3.php

domingo, 17 de abril de 2016

source:http://sorchafaal-en-espanol.blogspot.fr/2016/04/la-nave-de-guerra-uss-donald-cook.html

viernes, 15 de abril de 2016

LA NAVE DE GUERRA USS DONALD COOK DESTRUIDA EN EL MAR BÁLTICO RECHAZA OFERTA DE AYUDA DE RUSIA

2027

Abril 14, 2016.-


Un nuevo informe secreto del Ministerio de la Defensa (MoD) que circula en el Kremlin el dia de hoy señala que por la segunda vez en dos años, las “defensas de guerra electrónica avanzadas” de la Federacion han dejado incapacitado al destructor con misiles guiados clase Arleigh Burke USS Donald Cook (DDG-75) y cuando “elementos de las fuerzas especiales” ofrecieron ayuda para remolcarlos de vuelta a su puerto Polaco, los Estadounidenses se negaron a responder.





Según ese informe, en abril de 2014, el USS Donald Cook mientras llevaba a cabo una misión en el Mar Negro, violó sustancialmente la “integridad territorial” de la Federación causando que el Presidente Putin autorizara un ataque de “defensa de guerra electrónica” contra él, que fue tan devastador  que esa nave fue dejada al garete – y una vez remolcada de regreso a su Puerto Rumano, sus marineros Estadounidenses se vieron tan desmoralizados que 27 de ellos presentaron de inmediato sus cartas de renuncia a la Marina Estadounidense.






Un año después, en mayo de 2015, continua ese informe, de nuevo en el Mar Negro, el destructor USS Ross (DDG-71) con misiles guiados clase Arleigh-B urke, violó sustancialmente la “integridad territorial” de la Federacion haciendo que el Presidente Putin, otra vez, autorizara un ataque de “defensa de guerra electrónica” en su contra, pero cuando se vio confrontado con el destino que le tocó al USS Donald Cook el año anterior, se retiró – causando que un Oficial naval de alto nivel declarara que: “ Parece que los Estadounidenses no se olvidan del incidente de abril 2014 cando un Su-24 derribó de hecho todo el equipo en el flamante destructor Estadounidense  USS Donald Cook con elemento s de sistema anti-misiles”.

blob:https%3A//www.youtube.com/9a3f3a6c-2052-4724-bda7-51fdb0853db5


Tambien en marzo de 2015, apunta ese informe, fuerzas navales submarinas de la Federacion atacaron con sus “avanzadas” armas electrónicas al portaaviones Estadounidense USS Theodore Roosevelt (CVN-71) haciendo que huyera a la costa de Gran Bretaña donde permaneció semanas ante el asombro del público hasta que fue reparado y pudo zarpar de nuevo – y como lo reportamos con anterioridad.




El “encuentro de ataque” de esta semana de las fuerzas de la Federacion con el USS Donald Cook, detalla ese informe, comenzó cuando ese barco de guerra Estadounidenses dio principio a una “maniobra de combate agresiva” contra el puerto de la Flota del Mar Báltico en Kaliningrado, ante lo que el Presidente Putin autorizó otra “defensa de guerra electrónica” inmediata.

Las medidas de “defensa de guerra electrónica” de Rusia, como lo hemos reportado previamente, se basan en lo que se conoce como “Tecnologia Magrav”  (Código Occidental del código “Khibiny”) desarrollado por el Ingeniero Nuclear de origen Iraní Mehran Keshe (llamda el modero Nikola Tesla) quien en el 2012 envio una carta personal al Presidente Obama advirtiéndole: “Los portaaviones de los EEUU se convertirán en nada menos que bañeras flotantes si se usa de forma efectiva nuestra tecnología Magrav, y los corredores llenos de F16 y 18s y demás no serán mas que corredores museo de pájaros de acero, pues esas naves no podrán volar si sus sistemas electrónicos llegan a ser tocado por la tecnología espacial Magrav. Esas aeronaves y naves de guerra tendrán que ser re-cableados de la A a la Z antes de que puedan volver a operar”.







Según los expertos del MoD en ese informe, el “ataque/asalto” del pasado lunes 11 de abril, contra la “integridad territorial” de la Federacion por parte del USS Donald Cook, puede ser considerado como una prueba para los Estadounidenses para su nave re-cableada, pero después de que la aeronave Sukhoi Su-24 de la Federacion desplegó su “defensa de guerra electrónica” contra él, esa nave sufrió una “muerte electrónica rápida”.

El martes 12 de abril, continua ese informe, un helicóptero Helix KA-2w8 de la Flota del Mar Báltico llevó a cabo (por lo menos) 7 vuelos sobre la cubierta del discapacitado USS Donald Cook, llamando a su tripulación ofreciéndole “ayuda de remolque” pero cuando los “pequeños brazos pinza” fueron dirigidos hacia la nave, los comandantes de la Federacion orderon a que dos jets SU-24, hicieron unos 11 “pases cercanos y de baja altitud” sobre ese navio de guerra – después de lo cual no se observó ya “beligerancia Estadounidense”.







 Ese reporte concluye indicando que la declaración del vocero Josh Earnest de la Casa Blanca que dijo: “Este incidente… es inconsistente por entero con las normas profesionales de los ejércitos que operan en proximidad uno al otro en aguas internacionales y espacio aéreo internacional” ante lo que el MoD respondió: “ Francamente hablando, no entendemos la razón para esa reacción tan dolorosa de nuestros colegas Estadounidenses. El principio de libertad de navegación para el destructor Estadounidense, que está estacionado cerca de una base naval Rusa en el Mar Báltico, no cancela del todo el principio de libertad de vuelo  de una aeronave Rusa”.





*****



Artículo original en Inglés en el sitio whatdoesitmean.com/Orden de Sorcha Faal aqui

viernes, 15 de abril de 2016

crazytown

source:http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/


vendredi 15 avril 2016

Apple, Walmart, Microsoft... : les milliards offshore des géants américains


Les cinquante plus grandes entreprises américaines, dont Apple, Wal-Mart ou General Electric, ont mis à l'abri quelque 1.400 milliards de dollars entre 2008 et 2014 dans des paradis fiscaux afin de réduire leurs impôts, affirme une étude d'Oxfam-USA publiée jeudi.

Ces sommes, qui représentent environ la moitié du produit intérieur français, ont transité par un réseau "opaque et secret" de 160 filiales dans des paradis fiscaux, affirme le document publié en pleine révélation sur les "Panama Papers".

Soutien des contribuables
Pendant cette période, ces mêmes entreprises ont pourtant été les "principales bénéficiaires du soutien des contribuables" américains en étant les destinataires de 11.000 milliards de fonds publics via des garanties sur prêts ou des aides fédérales directes, indique le rapport.

"Les immenses sommes que les grandes compagnies ont amassé dans des paradis fiscaux devraient être utilisées pour combattre la pauvreté et reconstruire les infrastructures aux Etats-Unis et ne pas être dissimulées dans des centres offshore comme le Panama, les Bahamas ou les Iles Caïmans", a affirmé Raymond Offenheiser, président d'Oxfam America, cité dans un communiqué.

Apple en tête de l'évasion fiscale
Selon le rapport, Apple figure en tête des entreprises les plus friandes de l'évasion fiscale et aurait stocké 181 milliards dans des paradis fiscaux, suivis notamment par General Electric (119 milliards), Microsoft (108 milliards) ou Pfizer (74 milliards).

Plusieurs de ces entreprises ont déjà été critiquées aux Etats-Unis pour avoir utilisé un mécanisme permettant de mettre à l'abri indéfiniment une part de leurs bénéfices à l'étranger pour éviter de payer l'impôt sur les sociétés aux Etats-Unis, le plus élevé dans les pays industrialisés (35%).

Un coût de 111 milliards
Selon des chiffres cités dans le rapport d'Oxfam, l'évasion fiscale des multinationales coûterait 111 milliards de dollars aux finances publiques américaines et prive également les pays pauvres de 100 milliards de recettes fiscales.

Source : http://www.7sur7.be/ 

lunes, 11 de abril de 2016

source:http://www.voltairenet.org/

« Nuit debout », un mouvement à dormir debout

Le mouvement « Nuit debout » qui vient de se créer en France, mais aussi en Espagne et en Allemagne, ambitionne de faire barrage au projet de loi El-Khomri sur la réforme du Code du travail et, plus généralement, de lutter contre le néolibéralisme. Thierry Meyssan dénonce des discussions creuses et incohérentes. Il relève les références explicites des organisateurs aux manipulations de l’équipe de Gene Sharp, qui a organisé pour le compte de la CIA les révolutions colorées et le printemps arabe.
 | DAMAS (SYRIE)  
+
JPEG - 69.1 ko
La presse parisienne se pâme devant la naissance d’un mouvement politique, « Nuit debout ». Des centaines de personnes se rassemblent sur les grandes places des principales villes françaises pour discuter et refaire le monde.
Ce mouvement « spontané » s’est organisé en quelques jours. Il dispose désormais de deux sites internet, d’une radio et d’une télévision web. À Paris, place de la République, 21 commissions ont été constituées comme dans un inventaire à la Prévert : animation artistique, climat, cantine, création d’un manifeste, dessin debout, jardin des savoirs, manifestations, campement, démocratie, science debout, gréve générale, éducation, économie, féminisme, LGTBI+, TV debout, vote blanc, transparence, Françafrique, infirmerie, communication. C’est dans ce bavardage que se jouerait l’avenir du pays.
« Nuit debout » aurait surgi de la projection d’un film militant «  Merci patron  » de François Ruffin, le 23 février. Les spectateurs auraient constitué un collectif « Convergence des luttes », avec l’idée de rassembler les préoccupations des salariés, des migrants, etc. [1]
Cependant, la lecture de l’appel rédigé par « Convergence des luttes » ne manque pas surprendre. On peut y lire :
« Ce mouvement n’est pas né et ne mourra pas à Paris. Du printemps arabe au mouvement du 15M, de la place Tahrir au parc de Gezi, la place de la République et les nombreux autres lieux occupés ce soir en France sont l’illustration des mêmes colères, des mêmes espoirs et de la même conviction : la nécessité d’une société nouvelle, où démocratie dignité et liberté ne sont pas des déclarations vides » [2].
Si ce mouvement n’est pas né à Paris, comme l’affirment ses initiateurs, qui en a eu l’idée ?
Les références au « printemps arabe », au « mouvement du 15M », à la « place Tahrir » et au « parc de Gezi » renvoient toutes quatre à des mouvements clairement soutenus, sinon initiés par la CIA. Le « printemps arabe », c’est le projet du département d’État de renverser les régimes laïques arabes et de les remplacer par les Frères musulmans. Le « mouvement du 15M », en Espagne, c’est la contestation de la politique économique des grands partis tout en affirmant l’attachement aux institutions européenne. La « place Tahrir » en Égypte est habituellement considérée comme un des lieux du printemps arabe, et l’en distinguer ne peut faire référence qu’à son occupation par les Frères musulmans de Mohamed Morsi. Quant au parc Gezi, ce fut le seul mouvement laïque des quatre, mais il était instrumenté par la CIA pour mettre en garde Recep Tayyip Erdoğan, qui n’en a pas tenu compte.
Derrière ces quatre références et bien d’autres, on trouve un même organisateur : l’équipe de Gene Sharp, jadis baptisée Albert Einstein Institute [3] et aujourd’hui Centre for Applied Nonviolent Action and Strategies (Canvas), exclusivement financée par les États-Unis [4]. Des gens très organisés, directement liés à l’Otan et ayant une sainte horreur du spontanéisme de Rosa Luxembourg.
La non intervention de la préfecture de police, le discret soutien de l’Union européenne à Radio Debout, et la présence parmi les organisateurs de personnalités jadis soutiens d’Action directe [5] ne semblent pas poser de problème aux participants.
Bien évidemment, le lecteur se demande si je ne force pas la dose en voyant ici aussi la main de Washington. Mais les manipulations de l’équipe de Gene Sharp dans une vingtaine de pays sont aujourd’hui largement attestées et étudiées par les historiens. Et ce n’est pas moi, mais les organisateurs de « Nuit debout » qui font référence à ses actions.
L’équipe de Gene Sharp intervient avec des recettes toujours identiques. Selon les cas, les manifestations manipulées visent soit à changer le régime, soit au contraire à stériliser l’opposition, comme c’est le cas ici. Depuis 2000, cette équipe utilise un logo emprunté aux communistes pour mieux les combattre : le poing levé. C’est évidemment le symbole qu’à choisi « Convergence des luttes ».
JPEG - 33.5 ko
Le slogan de « Nuit debout », « On ne rentre pas chez nous », est nouveau dans la longue succession des opérations de Gene Sharp, mais il est tout à fait typique de sa manière d’intervenir : ce slogan ne comprend aucune revendication positive, ne propose rien. Il s’agit juste d’occuper la rue et de distraire les médias pendant que les choses sérieuses se déroulent ailleurs.
Le principe même de « Nuit debout » exclut toute participation des travailleurs. Il faut être bien noctambule pour pouvoir passer ses nuits à discuter. Les « salariés et les précaires » que l’on est censé défendre travaillent, eux, le matin et ne peuvent pas se permettre de nuits blanches.
Ce ne sont pas les commissions de « Nuit debout » —où l’on s’intéresse à tout sauf aux ravages de l’exploitation et de l’impérialisme— qui mettront fin à la domination de la France par une coterie de nantis, qui l’ont vendue aux Anglo-Saxons et viennent d’autoriser le Pentagone à y installer des bases militaires. Imaginer le contraire serait croire une histoire à dormir debout.
[1] « Nuit debout : genèse d’un mouvement pas si spontané », Eugénie Bastié, Le Figaro, 7 avril 2016.
[2] « Appel de la Nuit Debout », place de la République le 8 avril 2016, Paris.
[3] « L’Albert Einstein Institution : la non-violence version CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 juin 2007.
[4] La présence de l’équipe de Gene Sharp est attestée au moins dans : la chute des Caucescu (1989), la place Tian’anmen (1989), la Lituanie (1991), le Kosovo (1995), la « révolution des Bulldozers » en Serbie (2000), l’Irak (2002), la « révolution des roses » en Géorgie (2003), l’« insurrection de Maafushi » aux Maldives (2003), la « révolution orange » en Ukraine (2004), la « révolution du cèdre » au Liban (2005), la « révolution des tulipes » au Kirghizistan (2005), la « marche du désaccord » en Russie (2006-7), les « manifestations pour la liberté d’expression » au Venezuela (2007), la « révolution verte » en Iran (2009), « Poutine doit partir » (2010), la « révolution de jasmin » en Tunisie (2010), la « journée de la colère » en Égypte (2011), « occupy Wall Street » aux États-Unis (2011), le « mouvement du 15M » en Espagne (2011), le « sit-in » de Mexico (2012), « le départ » à nouveau au Venezuela (1014), la « place Maidan » à nouveau en Ukraine (en 2014), etc.
[5] Action directe fut un groupe d’extrême gauche, qui organisa 80 attentats et assassinats dans les années 80, et fut en définitive manipulé par le Gladio, c’est-à-dire les services secrets de l’Otan.

source:http://www.mondialisation.ca/

Une guerre mondiale a commencé. Brisez le silence.

 469 
  27  14 
 
  524
Break the Silence
Ce texte est la version revue d’une allocution de John Pilger à l’Université de Sydney, intitulée A World War Has Begun.
J’ai filmé aux Îles Marshall, qui se trouvent au nord de l’Australie, au milieu de l’océan Pacifique. Chaque fois que je dis aux gens où je suis allé, ils demande : «Où est-ce ?» Si je leur fournis un indice en me référant à Bikini, ils répliquent : «Vous parlez du maillot de bain.»
Peu semblent conscients que le maillot de bain bikini a été nommé ainsi pour célébrer les explosions nucléaires qui ont détruit l’île de Bikini. Soixante-six bombes nucléaires ont été explosées par les États-Unis dans les Îles Marshall entre 1946 et 1958 – l’équivalent de 1.6 bombes de Hiroshima, tous les jours pendant douze ans.
Bikini est silencieuse aujourd’hui, totalement transformée et contaminée. Les palmiers poussent sur un sol étrangement grillagé. Rien ne bouge. Il n’y a pas d’oiseaux. Les pierres tombales dans le vieux cimetière sont vivantes par les radiations. Un compteur Geiger a enregistré mes souliers comme dangereux.
Debout sur la plage, je regardais le vert émeraude du Pacifique disparaître dans un immense trou noir. C’était le cratère laissé par la bombe à hydrogène nommée Bravo. L’explosion a empoisonné les gens et leur environnement sur des centaines de kilomètres, peut-être pour toujours.
Sur le chemin du retour, je me suis arrêté à l’aéroport de Honolulu et j’ai remarqué un magazine américain intitulé Women’s Health. Sur la couverture, une femme souriante en bikini, et le titre : «Vous aussi, vous pouvez avoir un corps bikini.» Quelques jours plus tôt, dans les Îles Marshall, j’avais interviewé des femmes qui avaient des corps bikini très différents ; chacune avait souffert d’un cancer de la thyroïde et d’autres cancers potentiellement mortels.
Contrairement à la femme souriante du magazine, toutes étaient pauvres :  victimes et cobayes d’une superpuissance rapace qui est aujourd’hui plus dangereuse que jamais.
Je raconte cette expérience comme un avertissement et pour interrompre une distraction qui a dévoré tant d’entre nous. Le fondateur de la propagande moderne, Edward Bernays, a décrit ce phénomène comme «la manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions» des sociétés démocratiques. Il l’appelait un «gouvernement invisible».
Combien de gens sont conscients qu’une guerre mondiale a commencé ? À l’heure actuelle, c’est une guerre de propagande, de mensonges et de distraction, mais cela peut changer instantanément avec le premier ordre erroné, le premier missile.
En 2009, le président Obama se tenait devant une foule en adoration au centre de Prague, au cœur de l’Europe. Il a promis de «libérer le monde des armes nucléaires».Les gens l’ont acclamé et certains pleuraient. Un torrent de platitudes coulait des médias. Ensuite, Obama a reçu le Prix Nobel de la paix.
Tout cela était faux. Il mentait.
L’administration Obama a construit plus d’armes nucléaires, d’ogives nucléaires, de systèmes de vecteurs nucléaires, plus d’usines nucléaires. Les dépenses pour les seules ogives nucléaires ont plus augmenté sous Obama que sous n’importe quel autre président américain. Le coût en trente ans est supérieur à $1 trillion (mille milliards de dollars).
Une mini-bombe nucléaire est prévue. Elle est connue comme la B61 Model 12. Il n’y a jamais eu l’équivalent auparavant. Le général James Cartwright, un ancien vice-président du comité des chefs d’état-major, a dit : «Faire plus petit [rend l’utilisation] de cette arme nucléaire plus envisageable.»
Depuis ces dix-huit derniers mois, la plus grande accumulation de forces militaires depuis la Seconde Guerre mondiale – sous la direction des États-Unis – se met en place le long de la frontière occidentale de la Russie. Jamais depuis que Hitler a envahi l’Union soviétique, des troupes étrangères n’ont représenté une menace aussi concrète contre la Russie.
L’Ukraine – autrefois partie de l’Union soviétique – est devenu le parc à thèmes de la CIA. Après avoir orchestré le coup d’État à Kiev, Washington contrôle efficacement un régime qui est juste à côté de la Russie et lui est hostile : un régime pourri par des nazis, littéralement. Des membres importants du parlement d’Ukraine sont les descendants politiques de l’OUN et l’UPA, des organisations notoirement fascistes. Ils encensent Hitler ouvertement, et appellent à la persécution et à l’expulsion de la minorité russophone.
Il y a rarement des informations à ce sujet en Occident, ou elles sont transformées pour faire disparaître la vérité.
En Lettonie, en Lituanie et en Estonie – juste à côté de la Russie – l’armée étasunienne déploie des troupes de combat, des tanks, des armes lourdes. Cette provocation extrême de la part de la deuxième puissance nucléaire mondiale est accueillie par le silence en Occident.
Ce qui rend la perspective d’une guerre nucléaire encore plus dangereuse est une campagne parallèle contre la Chine.
Il est rare qu’un jour ne passe sans que la Chine soit élevée au statut de menace. Selon l’amiral Harry Harris, commandant des forces américaines du Pacifique, la Chine «construit une grande muraille de sable dans la mer de Chine méridionale».
Ce à quoi il fait référence est la construction par la Chine de pistes d’atterrissage dans les Îles Spratly, qui font l’objet d’un différend avec les Philippines – différend non prioritaire jusqu’à ce que Washington ait fait pression sur le gouvernement de Manille et l’ait soudoyé, puis le Pentagone a lancé une campagne de propagande intitulée «liberté de navigation».
Qu’est-ce que cela signifie réellement ? Cela signifie la liberté pour les navires de guerre américains de patrouiller et de dominer les eaux territoriales de la Chine. Essayez d’imaginer la réaction américaine si des navires de guerre chinois faisaient la même chose au large des côtes de la Californie.
J’ai réalisé un film intitulé The War You Don’t See [La guerre que vous ne voyez pas]dans lequel j’ai interviewé de grands journalistes en Amérique et en Grande-Bretagne : des reporters comme Dan Rather de CBS, Rageh Omar de la BBC, David Rose de l’Observer.
Tous ont dit que si les journalistes de la presse écrite et de l’audiovisuel avaient fait leur travail et mis en question la propagande affirmant que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, si les mensonges de George W. Bush et Tony Blair n’avaient pas été amplifiés et repris par les journalistes, l’invasion de l’Irak en 2003 n’aurait pas eu lieu, et des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants seraient en vie aujourd’hui.
La propagande préparant le terrain pour une guerre contre la Russie et/ou la Chine n’est pas différente dans son principe. À ma connaissance, aucun journaliste mainstream occidental, le courant dominant – l’équivalent d’un Dan Rather, disons – ne demande pourquoi la Chine construit des pistes d’atterrissage en mer de Chine méridionale.
La réponse devrait être évidente. Les États-Unis encerclent la Chine avec un réseau de bases, avec des missiles balistiques, des troupes de combat, des bombardiers nucléaires armés.
Cet arc létal s’étend de l’Australie aux îles du Pacifique, les Mariannes et Guam, aux Philippines, à la Thaïlande, Okinawa, la Corée et, à travers l’Eurasie, à l’Afghanistan et à l’Inde. L’Amérique a installé un nœud coulant autour du cou de la Chine. Ce n’est pas nouveau. Silence dans la presse : la guerre par les médias.
En 2015, en grand secret, les États-Unis et l’Australie ont organisé le plus grand exercice militaire air-mer, unique dans l’Histoire récente, connu sous le nom de Talisman Sabre. Son but était de répéter un plan de bataille air-mer bloquant les voies maritimes comme le détroit de Malacca et celui de Lombok, qui coupe l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et aux autres matières premières provenant du Moyen-Orient et d’Afrique.
Dans le cirque connu sous le nom de campagne présidentielle américaine, Donald Trump est présenté comme un fou, un fasciste. Il est certainement odieux ; mais il est aussi un personnage haï des médias. Cela seul devrait susciter notre scepticisme.
Les vues de Trump sur l’immigration sont grotesques, mais pas plus grotesques que celles de David Cameron. Ce n’est pas Trump qui est le Grand Expulseur des États-Unis, mais le Prix Nobel de la paix, Barack Obama.
Selon un commentateur libéral prodigieux, Trump «libère les sombres forces de la violence» aux États-Unis. Il les libère ?
C’est le pays où de tout petits enfants tirent sur leurs mères et où la police mène une guerre meurtrière contre les Américains noirs. C’est le pays qui a attaqué et cherché à renverser plus de cinquante gouvernements, dont beaucoup étaient des démocraties, qui a bombardé de l’Asie au Moyen-Orient, causant la mort et la dépossession de millions de gens.
Aucun pays ne peut égaler ce record systématique de violence. La plupart des guerres de l’Amérique (presque toutes contre des pays sans défense) ont été lancées non pas par des présidents républicains, mais par des Démocrates libéraux : Truman, Kennedy, Johnson, Carter, Clinton, Obama.
En 1947, une série de directives du Conseil National de Sécurité décrivait l’objectif prioritaire de la politique étrangère américaine comme «un monde fait essentiellement à l’image [de l’Amérique]». L’idéologie était celle de l’américanisme messianique. Nous étions tous des Américains. Ou sinon… Les hérétiques seraient convertis, subvertis, soudoyés, diffamés ou écrasés.
Donald Trump est un symptôme de cela, mais il est aussi un franc-tireur. Il dit que l’invasion de l’Irak était un crime ; il ne veut pas entrer en guerre avec la Russie et la Chine. Le danger pour le reste d’entre nous n’est pas Trump, mais Hillary Clinton. Elle n’est pas une franc-tireuse. Elle incarne la résilience et la violence d’un systèmedont l’exceptionnalisme tant vanté est un totalitarisme présentant ponctuellement un visage libéral.
Comme le jour de l’élection présidentielle approche, Clinton sera saluée comme la première femme présidente, indépendamment de ses crimes et de ses mensonges – exactement comme Barack Obama a été salué comme le premier président noir et les libéraux ont gobé ses bêtises sur l’espoir. Et le radotage continue.
Décrit par le chroniqueur du Guardian Owen Jones comme «drôle, charmant, avec une fraîcheur que pratiquement tous les autres politiciens n’ont pas», Obama a envoyé l’autre jour des drones pour massacrer cent cinquante personnes en Somalie. Il tue habituellement les gens le mardi, selon le New York Times, lorsqu’on lui remet une liste de candidats à la mort par drone. Tellement cool.
Lors de la campagne présidentielle de 2008, Hillary Clinton a menacé d’«anéantir totalement l’Iran avec des armes nucléaires». En tant que secrétaire d’État sous Obama, elle a participé au renversement du gouvernement démocratique du Honduras. Sa contribution à la destruction de la Libye en 2011 était presque joyeuse. Lorsque le dirigeant libyen, le colonel Kadhafi, a été publiquement sodomisé avec un couteau – un meurtre rendu possible grâce à la logistique américaine – Clinton s’est gargarisée de sa mort : «Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort.»
L’une des alliées les plus proches de Clinton est Madeleine Albright, l’ancienne secrétaire d’État, qui a attaqué des jeunes femmes parce qu’elles ne soutiennent pas Hillary. C’est la même Madeleine Albright qui a célébré de manière infâme à la télévision la mort d’un demi-million d’enfants irakiens, comme «valant la peine».
Parmi les appuis les plus importants de Clinton, on trouve le lobby israélien et les entreprises d’armement qui alimentent la violence au Moyen-Orient. Elle et son mari ont reçu une fortune de Wall Street. Et pourtant, elle est sur le point d’être désignée comme la candidate des femmes, pour voir échouer le mauvais Trump, le diable officiel. Ses soutiens comprennent des féministes distinguées : les semblables de Gloria Steinem aux États-Unis et de Anne Summers en Australie.
Il y a une génération, un culte post-moderne connu aujourd’hui sous le nom de politique identitaire, a empêché beaucoup de gens intelligents, d’opinion libérale, d’examiner les causes et les individus qu’ils soutenaient – comme l’escroquerie Obama et Clinton ; comme les mouvements progressistes bidon tels que Syriza en Grèce, qui a trahi le peuple de ce pays et s’est allié avec ses ennemis.
L’obnubilation de soi-même, une sorte de moi-isme, est devenu le nouvel esprit du temps dans les sociétés occidentales privilégiées et s’exprime par la démission des grands mouvements collectifs contre la guerre, l’injustice sociale, l’inégalité, le racisme et le sexisme.
Aujourd’hui le long sommeil a peut-être pris fin. La jeunesse s’agite de nouveau. Progressivement. Les milliers de gens en Grande-Bretagne qui ont soutenu Jeremy Corbyn comme dirigeant du Parti travailliste, font partie de cette prise de conscience – comme ceux qui se sont mobilisés pour soutenir le sénateur Bernie Sanders.
En Grande-Bretagne, la semaine dernière, l’allié le plus proche de Jeremy Corbyn, son trésorier de l’ombre John McDonnell, a convaincu un gouvernement travailliste de rembourser les dettes des banques pirates et, en effet, de poursuivre avec ce qu’on appelle l’austérité.
Aux États-Unis, Bernie Sanders a promis de soutenir Clinton si ou quand elle est désignée. Lui aussi a voté pour le recours à la violence de l’Amérique contre des pays, lorsqu’il pense que c’est juste. Il dit qu’Obama a fait «du bon boulot».
En Australie, il y a une sorte de politique mortuaire, où les jeux parlementaires assommants sont rapportés dans la presse pendant que les réfugiés et les peuples indigènes sont persécutés et que les inégalités augmentent en même temps que le danger de guerre. Le gouvernement de Malcolm Turnbull vient d’annoncer un prétendu budget de défense de 195 milliards de dollars, qui servira à faire la guerre. Il n’y a pas eu de débat. Silence.
Qu’est-il arrivé à la grande tradition de l’action populaire directe, qui échappait aux partis ? Où sont le courage, l’imagination et l’engagement nécessaires pour entamer le long voyage vers un monde meilleur, juste et pacifié ? Où sont les dissidents dans l’art, le cinéma, le théâtre, la littérature ?
Où sont ceux qui briseront le silence ? Ou devrons-nous attendre jusqu’à ce que le premier missile nucléaire soit tiré ?
John Pilger

Article original en anglais :
pilger
A World War Has Begun. Break the Silence, publié le 22 mars 2016
Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker francophone
Note du Saker Francophone Nous vous proposons un lien entre cet article et une analyse de dedefensa.org à propos d’une censure qu’a subi l’auteur sur un site pourtant prétendument anti-système.