Translate

martes, 14 de julio de 2015

y una vez + Nestlé

source:http://actualidad.rt.com/cultura/view/180045-capsulas-transparentes-dormir-peru-impresionante


Habitaciones con vistas al precipicio: ¿Se atreve a dormir suspendido sobre los Andes?

Publicado: 14 jul 2015 03:31 GMT
2.3K52837
Los aficionados a las emociones fuertes cuentan con estas tres asombrosas cápsulas transparentes fijadas en la pared de un barranco de los Andes peruanos a unos 122 metros de altura.
Denominadas Skylodge, estas cápsulas transparentes de policarbonato y aluminio estan fijadas con fuerza a la roca sobre el Valle Sagrado de los Incas, cerca de Cuzco, Perú. A pesar de que su volumen es de tan solo de 24 x 8 metros, permiten disfrutar cómodamente de una vista impresionante.
Para acceder a las cáspsulas hay que ascender 122 metros por una escalera de acero sobre el barranco, aunque también se puede caminar o utilizar una tirolina. El alojamiento cuesta 300 dólares por noche.
Algunos viajeros ya han probado este tipo de aventura que tanto difieren unas vacaciones en hotel. Compruebe sus impresiones en este video.
Aterradoras cápsulas transparentes para dormir a 122 metros sobre el Valle Sagrado del Perúyoutube.com / Alexander Estrada
Aterradoras cápsulas transparentes para dormir a 122 metros sobre el Valle Sagrado del Perúyoutube.com / Alexander Estrada
Aterradoras cápsulas transparentes para dormir a 122 metros sobre el Valle Sagrado del Perúyoutube.com / Alexander Estrada
Aterradoras cápsulas transparentes para dormir a 122 metros sobre el Valle Sagrado del Perúyoutube.com / Alexander Estrada
Lima, la capital de Perú, fue en 2014 la ciudad más visitada de la región con 5,11 millones de visitantes internacionales, según el Índice de Ciudades Globales de Destino de MasterCard.

source:http://blogyy.net/2015/07/14/sils-parviennent-a-nous-mettre-a-genoux-ce-sera-bientot-votre-tour/

« S’ILS PARVIENNENT À NOUS METTRE À GENOUX, CE SERA BIENTÔT VOTRE TOUR. »

11742692_1471437789833510_6616379092454842956_nRéponse à l’un d’entre vous qui envisage de renoncer parce qu’il ne veut pas ou plus soutenir Syriza.
« S’ILS PARVIENNENT À NOUS METTRE À GENOUX, CE SERA BIENTÔT VOTRE TOUR. »
L’insoumission en Grèce, ce n’est pas que certains membres de Syriza actuellement, loin de là : le mouvement social est en lutte, dans sa diversité, en ce moment même, depuis les franges les plus radicales jusqu’aux historiques de Syriza et bien au-delà.
Nous ne vous demandons pas de soutenir Tsipras ou Syriza, ni même de soutenir un autre mouvement en particulier, mais de SOUTENIR LE PEUPLE GREC QUI RÉSISTE ET QUI NE SE LAISSE PAS FAIRE. Le peuple grec qui a dit OXI dimanche dernier et qui continue de dire OXI, massivement, à cet accord qui signe à la fois la mort du programme de Thessalonique, de la gauche antilibérale qui le portait, et, surtout, la torture et la barbarie pour des millions de Grecs épuisés voire en danger à tous points de vue.
Il ne reste que très peu de temps et N’OUBLIEZ PAS QUE VOTRE AVENIR SE JOUE AUSSI EN GRÈCE. Nous sommes la ligne de front principale. Si vous luttez pour nous aider, vous vous aiderez aussi. C’est vital pour nous, c’est crucial pour vous. Comme disait Léonidas dans Ne vivons plus comme des esclaves : « S’ILS PARVIENNENT À VOUS METTRE À GENOUX, CE SERA BIENTÔT VOTRE TOUR. »
Luttez avec nous, contre-informez, manifestez vous, prenez des initiatives… d’ici demain soir. Merci pour nous. Merci pour vous.
Y.Y.

source:http://blogyy.net/2015/07/13/mercredi-15-juillet-2015-greve-generale-en-grece/

MERCREDI 15 JUILLET 2015 : GRÈVE GÉNÉRALE EN GRÈCE !

11258324_1471211816522774_6395999354943382863_o
Nous vous appelons partout en Europe à faire de même.
OXI : NON à l’austérité qui assassine, en Grèce comme ailleurs. Ne vivons plus comme des esclaves !
AVEC NOUS, MOBILISEZ-VOUS POUR LA GRÈVE GÉNÉRALE EUROPÉENNE !
C’est maintenant que nous avons besoin de vous !
GRÈCE GÉNÉRALE !
(merci de diffuser massivement)

source:http://francais.rt.com/france/4299-usine-petrochimique-brule-dans-bouches-rhone

Incendie de LyonDellBasel : la piste de l'acte malveillant privilégiée

Deux cuves de l'usine pétrochimique de LyonDellBasel brûle depuis 3h du matin.© Compte Twitter de Figraou
Deux cuves de l'usine pétrochimique de LyonDellBasel brûle depuis 3h du matin.
D'après des sources concordantes, citées par l'AFP, l'incendie qui s'est déclarée après deux explosions sur une usine pétrochimique des Bouces-du-Rhône, serait d'origine criminelle.
L'incident a débuté vers 3h du matin et est toujours en cours. Deux explosions ont retenti sur ce site, situé entre l'étang Berre et l'aéroport de Marseille-Marignane. D'après une source proche de l'enquête : «deux cuves, distantes de 500 mètres l'une de l'autre et remplies de produits chimiques, sont touchées».

Carte
Carte


«Aucun blessé n'est à déplorer», a précisé la préfecture. D'après LyonDellBasel, l'entreprise américaine qui possède l'usine, «les causes du sinistres restent à déterminer». «Une enquête approfondie sera conduite», a précisé la société dans un communiqué distinct.
«Ces bacs [les cuves en feu – NDLR] contiennent des hydrocarbures de type essence» a précisé LyonDellBasel. La préfecture détaille : «le premier bac, contenant de l'essence, est actuellement en voix d'extinction. Le second bac, contenant du naphta, est en phase de temporisation avec une projection de mousse pour étouffer le feu».


Un «barrage préventif» a par ailleurs été installé pour prévenir toute pollution, notamment par les «eaux d'extinction». La toxicité des matériaux en flamme et de la fumée n'est pas précisée.
Auteur: Stephane Azazel
Un épais panache de fumée est visible à plusieurs kilomètres autour du site, dont une des cuves en feu se distingue. «Une centaine de pompiers et une vingtaine de véhicules spécialisés» ont été déployés, d'après la préfecture. L'accès au site est bloqué par des barrages de police et de gendarmerie et la sortie «Rognac» de l'autoroute A7 a été fermée. «A ce stade, aucun impact sur la circulation aérienne n'est à déplorer», a tenu à préciser la préfecture.
Raconter l'actualité

martes, 7 de julio de 2015

source:http://www.mondialisation.ca/les-10-verites-du-peuple-grec-au-monde/5460761

Les 10 vérités du peuple grec au monde

Région : 
 215 
  9  2 
 
  249
campagne referendum
Lors du référendum historique du 5 juillet 2015, les Grecs ont envoyé un message de rejet à l’oligarchie politique et financière de l’Europe et un message d’espoir aux peuples du monde.
1. NON à l’Europe de l’austérité, à l’Europe des banques et de l’oligarchie et à l’Europe égoïste. Les politiques d’austérité sont politiquement coûteuses, économiquement inefficaces et socialement désastreuses. Loin de relancer la croissance, la réduction des dépenses, la diminution des salaires et des pensions de retraite, le démantèlement des services publics, y compris d’éducation et de santé, la destruction du code du travail et des acquis sociaux conduisent inévitablement à une contraction de la consommation.
2. OUI à l’Europe sociale, à l’Europe des peuples et à l’Europe du partage. En temps de crise, les Etats doivent adopter une politique de New Deal et réaliser des investissements massifs afin de relancer l’économie. Les mesures de protection sociale doivent être renforcées afin de protéger les catégories les plus vulnérables de la population. De la même manière, une hausse du salaire minimum enclenchera un cercle vertueux car elle relancera la consommation, remplira le carnet de commandes des entreprises, lesquelles embaucheront de nouveaux salariés pour répondre à cette demande, ce qui permettra à l’Etat d’augmenter ses recettes fiscales grâce à ces nouveaux contribuables et de diminuer ses dépenses d’allocations-chômage grâce à la baisse du nombre de personnes sans emploi. Ces nouvelles sources de revenus pour la nation permettront de renforcer les services publics à destination du peuple.
3. NON à la dictature de la finance, aux ultimatums, au chantage de la Troïka, au terrorisme politique, économique, financier et médiatique et aux menaces en tout genre. Il est inadmissible que la Commission européenne, composée de technocrates non élus – donc sans aucune légitimité populaire – décide de la politique économique et sociale d’une nation souveraine. Il s’agit là d’une atteinte à la démocratie et une remise en cause du droit inaliénable des peuples à l’autodétermination.
4. OUI à l’indépendance, à la volonté sacrée des peuples, à la liberté et à la dignité. En portant au pouvoir un gouvernement progressiste mené par Alexis Tsipras de SYRIZA, les Grecs ont voté pour un programme de relance économique anti-austérité et un renforcement de la protection sociale. Aucune entité ne peut interférer dans cette décision souveraine d’un peuple libre.
5. NON à la dette inique, mathématiquement impayable, destinée à asservir les peuples et à satisfaire l’appétit de la finance internationale. Il est temps de mettre fin au système actuel qui interdit à la Banque centrale européenne de prêter directement aux Etats aux mêmes taux que ceux réservés aux banques privées, c’est-à-dire entre 0 et 1%. La Grèce pourrait résoudre le problème de la dette si une telle réforme était adoptée. Aujourd’hui, lorsque la Grèce a besoin d’un financement, elle est obligée de passer par les banques privées qui lui prêtent à des taux usuraires pouvant atteindre les 18%, des emprunts qu’elles ont-elles-mêmes souscrits à des taux inférieurs à 1% !
6. OUI à un audit international des dettes publiques, à la renégociation et à l’annulation des emprunts illégitimes. Selon la Commission pour la Vérité sur la Dette publique grecque, « la dette issue des mesures de la Troïka constitue une violation caractérisée des droits humains fondamentaux des résidents de la Grèce. Ainsi, nous sommes parvenus à la conclusion que la Grèce ne doit pas payer cette dette, du fait de son caractère illégal, illégitime et odieux. […] Le caractère insoutenable de la dette publique grecque était évident depuis l’origine pour les créanciers internationaux, les autorités grecques et les grands médias. Pourtant, les autorités grecques et certains gouvernements de l’Union Européenne se sont ligués pour rejeter une restructuration de la dette publique en 2010, dans le seul but de protéger les institutions financières privées. Les grands médias officiels ont dissimulé la vérité au public en soutenant que le plan de sauvetage allait être bénéfique pour la Grèce, tout en passant en boucle le récit selon lequel la population ne faisait que payer pour ses propres turpitudes ».
7. NON à l’accumulation des richesses, à l’égoïsme et à l’individualisme. L’Europe actuelle est le paradis des nantis et l’enfer des peuples. Elle est l’illustration parfaite de la célèbre maxime voltairienne selon laquelle « une société bien organisée est celle où le petit nombre fait travailler le grand nombre, est nourri par lui, et le gouverne ».
8. OUI à la répartition des richesses, à la solidarité et à la défense de l’intérêt général. La crise actuelle n’est pas due à une question de ressources car l’Europe n’a jamais été aussi riche de son histoire. Il est donc urgent de procéder à une répartition équitable des richesses et de placer la dignité humaine au centre du projet européen.
9. NON à la dictature des puissants. La Grèce, berceau de la démocratie, rappelle à l’Europe et au monde le fameux avertissement de Maximilien Robespierre. Le Héros de la Révolution française qui, dès le départ, avait choisi le camp des pauvres, avait dénoncé « le joug de l’aristocratie des riches, la plus insupportable de toutes » : « Les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches est l’intérêt particulier ».
10. OUI à la révolte des peuples contre toutes les injustices, à l’insurrection civique et pacifique et à la résistance à l’oppression. Les peuples ne sont pas condamnés à l’indifférence et à l’humiliation et ont le pouvoir de prendre en main leur propre destin. La misère n’est pas une fatalité mais une décision politique imposée par les élites rapaces et insatiables. L’heure est à la révolte de la plèbe, des écrasés et des révoqués contre la brutalité de la finance mondiale.
Salim Lamrani

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano.
https://play.google.com/music/m/T2qzv4brwjrym5zf5xqkkxqncge?t=Wars_-_Hurt
https://play.google.com/music/m/Tih52zkevn6mwylq7zjnz7u4igq?t=Live_From_The_Stage_-_Team_Sleep

vamos pueblo griego !!

CONTRE-INFORMATION 
SUR LA SITUATION EN GRÈCE
Mercredi 24 juin 2015, 21h30.
LA PRESSION POPULAIRE QUI MONTE EN GRÈCE
S’EST FAIT SENTIR À BRUXELLES : LA TRAHISON DE TSIPRAS,
ANNONCÉE HIER PAR TOUS LES MÉDIAS DOMINANTS,
N’A PAS EU LIEU !
Un vent de protestation, de rumeurs et de lutte commence à souffler partout en Grèce. Les appels à la mobilisation, dont celui de Stathis Kouvelakis (qui l’a fait depuis Londres, en plein mois de juin : petit clin d’œil à l’ami), ont été entendus. Les initiatives spontanées n’ont pas manqué également. Les discussions dans les réseaux politiques ont duré toute la nuit et continuent à l’heure qu’il est. Tout le monde, ou presque, s’en mêle : c’est notre affaire à tou-te-s. Les téléphones chauffent. Les mails fument. Les forums Internet prennent feu. Les manifestations se multiplient. Les actions symboliques aussi. La pression ne cesse plus de monter à Athènes et ailleurs.
Alexis Tsipras était visiblement très fatigué et tendu à son arrivé, aujourd’hui vers midi à Bruxelles. On sait pourquoi.
Les négociations se sont brutalement durcies, d’après les premiers retours qui nous parviennent. Il est à noter que des arguments laissés de côté, hier, ont été utilisés aujourd’hui, provoquant le blocage total de la situation.
Cette réunion préliminaire mais cruciale, avec Junker et Lagarde, qui devait préparer l’Eurogroupe de ce soir avec des propositions communes, s’est terminée sans la trahison annoncée depuis hier par tous les médias dominants. Les charognards de nos aléas, si prompts à distiller la résignation et la soumission, qui se frottaient déjà les mains et avaient mis au frais le champagne, devront encore patienter. L’accord calamiteux qui devait faciliter la réunion de l’Eurogroupe a donc été repoussé. Juncker et Lagarde ont fait grise mine et ont discuté longuement hors micros pendant la pause. Par la suite, l’Eurogroupe s’est réuni et n’a duré qu’une heure. Une heure seulement ! Rien a valider pour l’instant : la situation est belle et bien bloquée, même si les discussions avec les créanciers continuent mollement ce soir.
Pour l’instant, Tsipras n’a pas lâché, contrairement à ce que les vautours annonçaient, mais la révolte continue de gronder au sud-est de l’Europe devant les pièges grossiers qui nous sont tendus et les prochaines épreuves, à commencer par la prochaine réunion de l’Eurogroupe qui aura lieu demain, cette fois à 13 heures.
Désolé les Pujadas, Barbier, Apathie et autres pantins, mais il faudra encore attendre pour sonner le glas du vent de révolte et d’espoir qui souffle en Grèce. Nous sommes debout et nous ne nous laisserons pas faire. Tsipras le sait. Ses interlocuteurs aussi.
CE SOIR, POUR L’INSTANT, C’EST NOUS QUI BUVONS LE RAKI !
A la santé de toutes celles et ceux que nous remercions fraternellement de lutter avec nous !
Yannis Youlountas
PJ : pour fêter ce sursis, ce soir, voici un souvenir en musique, pour ne jamais baisser les bras :
LA CHANSON QUI ME TROTTAIT DANS LA TÊTE
DURANT LE TOURNAGE DE
NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES
ET ME RAPPELAIT LA FORCE DE L’HISTOIRE EN MARCHE.
Quand j’étais enfant, mon grand père crétois, dont je porte le nom et le prénom, me jouait souvent de la lyre et me parlait de NIKOS XILOURIS, un célèbre chanteur et joueur de lyre, né quelques années après lui dans le village voisin, près de Réthymnon. Il me faisait notamment écouter une magnifique chanson à jamais gravée dans ma mémoire et qui m’arrache parfois des larmes, mais des larmes de joie, d’amour et de désir de lutter. Une chanson qui parlait d’esclaves (δούλοι, douli) de l’humain maltraité comme un âne, et de marche persévérante et passionnée vers l’émancipation et l’utopie. Une chanson qui disait que la vie n’a pas de sens si on ne lutte pas, avec d’autres, pour la transformer.
Cette chanson, c’était "La ballade de monsieur Mentiou" d’après un poème de Kostas Varnalis.
Nikos Xilouris chantait avec tout son cœur, en serrant le poing, l’immense désir de révolte et d’émancipation des esclaves. En écoutant bien vous reconnaîtrez la répétition du mot "DOULI" (esclaves) qui vous rappellera l’expression NA MIN ZISOUMÉ SAN DOULI (ne vivons plus comme des esclaves). En plus, sur le disque qui me reste de cette époque, le visage de Nikos Xilouris me rappelle étrangement celui mon grand-père, comme s’il s’agissait d’un testament, d’un épitaphe, d’une recommandation à ne jamais oublier.
Άιντε θύμα άιντε ψώνιο / Bouge toi, victime, nigaud !
άιντε σύμβολο αιώνιο / Bouge toi, symbole éternel !
αν ξυπνήσεις μονομιάς / Si tu t’éveilles une fois pour toutes,
θα ’ρθει ανάποδα ο ντουνιάς / Le vent tournera enfin !
C’est pourquoi, plus efficace que tous les cafés du monde, cette chanson me trottait dans la tête, durant le tournage de NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES en 2013, et me rappelait la force de l’histoire en marche : 40 ans exactement après l’insurrection populaire de l’Ecole Polytechnique à Exarcheia, contre la dictature des Colonels en novembre 1973 (les images qui illustrent la chanson, mêlées de portraits de Nikos). L’écho de cette chanson me tenait éveillé 20 heures par jour, faisait palpiter mon cœur et toutes mes veines et me portait littéralement aux côtés de mes compagnons et camarades de lutte. Je ne sentais plus mes jambes, même au soir de journées interminables.
Un souvenir en musique qui nous invite à ne pas, à ne JAMAIS baisser les bras. Car l’Histoire n’est pas écrite d’avance. C’est notre histoire et il nous revient de l’écrire ensemble.
Y.Y.

vamos PUEBLO GRIEGO estamos con ustedes !!